Octobre rose : à Toulouse, les médecins rendent le parcours de soins des malades plus humain

Créé par des professionnels de santé, spécialisés dans la lutte contre le cancer du sein, l'institut du sein du grand Toulouse permet d'améliorer et de coordonner les parcours de soin des patientes. Une façon d'éviter le sentiment d'abandon ressenti par beaucoup de malades. 
Une consultation post-opératoire d'une patiente atteinte d'un cancer du sein.
Une consultation post-opératoire d'une patiente atteinte d'un cancer du sein. © France 3 Occitanie
Prendre rendez-vous chez un kinésithérapeute près de chez soi, faire les démarches administratives auprès des cliniques ou encore s'inscrire à un atelier thérapeutique, voilà des choses auxquelles ont droit les personnes suivies pour un cancer du sein. 

Mais le plus souvent, ces patientes sont submergées par la maladie, car elle ne savent pas ou ne peuvent pas multiplier les démarches en plus des soins. Alors, pour éviter ce sentiment d'abandon, des professionnels de santé toulousain ( oncologues, chirurgiens sénologues, radiologues,...) viennent de créer l'Institut du Sein Grand Toulouse. 

''Même bien accompagnées sur le plan médical, nous savons que les patientes commencent un parcours du combattant et qu’elles cherchent de l’aide'' explique Gaëlle Jimenez, radiologue et présidente de l' Institut du Sein Grand Toulouse (ISGT).

Un soutien contre le sentiment d'abandon


L’objectif de ce réseau est d’apporter un soutien pour coordonner au mieux le parcours de soins en préservant la qualité de vie des patientes pendant le traitement mais aussi après, au moment de la reconstruction ou de la reprise du travail.

Ce service d'accompagnement, totalement gratuit, est rendu possible grâce à trois coordinatrices de parcours qui interviennent dans sept cliniques toulousaines. Des jeunes femmes, spécialement formées, qui suivent chaque patiente individuellement. 

Le reportage de France 3 Occitanie :
 
Octobre rose : à Toulouse, les médecins rendent le parcours de soins des malades plus humain
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
octobre rose société santé