"On ne tient pas compte des plus vulnérables" : la dernière agence Pôle Emploi du centre ville de Toulouse va fermer

La dernière agence Pôle emploi du centre ville de Toulouse devrait fermer ses portes. Les usagers et salariés vont rejoindre l'agence de La Cartoucherie. Les agents viennent de l'apprendre et ne comprennent pas cette décision prise en pleine crise économique et sociale, engendrée par le Covid.

Pôle Emploi ne compte qu'une seule agence en plein centre-ville de Toulouse.
Pôle Emploi ne compte qu'une seule agence en plein centre-ville de Toulouse. © FTV
L'agence Occitane est la dernière des agences Pôle emploi du centre ville de Toulouse. Presque cachée dans un recoin de la place Occitane, elle est en train de vivre ses dernières heures. La direction vient d'annoncer aux salariés sa fermeture prochaine. Les 40 agents iront travailler à La Cartoucherie. Pour ce qui est des 4.700 à 5.000 inscrits, ils devraient suivre.

"C'est la sidération et l'incompréhension, affirme l'une des salariées du site qui a souhaité garder l'anonymat. Ce qui me choque le plus, c'est que l'on ne tient aucun compte des publics les plus vulnérables. Les plus en difficulté sont domiciliés au CCAS juste à côté. Quand ils viennent pour leur courrier, ça leur permet de passer".

L'avènement de "fermes-usines"

"Ce ne sont pas des publics qui ont accès à la digitalisation, poursuit-elle. Il y a les différents foyers d'hébergement comme le gîte de l'écluse ou l'APIAF qui acueille des femmes et des enfants victimes de violences intra-familiales. La proximité facilite un accompagnement de ces publics ultra-fragilisés via les assistantes sociales que nous connaissons bien. Tout ce maillage est très important, d'autant plus en cette période".
 
L'agence de Pôle emploi, place Occitane à Toulouse, a été le théâtre de nombreuses mobilisations de personnes précaires comme ici en 2014.
L'agence de Pôle emploi, place Occitane à Toulouse, a été le théâtre de nombreuses mobilisations de personnes précaires comme ici en 2014. © MaxPPP


"Et les services de Pôle emploi concernent aussi les petites entreprises, les commerces, renchérit le secrétaire régional de Pôle emploi Occitanie. On veut faire des fermes-usines comme à Montpellier avec 100 à 120 agents par site. On fait un ratio financier qui met en balance l'immobilier contre la proximité et le service aux usagers". 

Passage au tout-numérique

Cette décision serait motivée par une nouvelle organisation du travail qui repose essentiellement sur le télétravail. "Du fait de cette politique ultra-libérale, Pôle emploi ne répond plus sur le lieu de vie, déplore Thomas Domenech. Le canal pour s'entretenir avec les demandeurs d'emploi devient numérique. Tout se fait à distance". 
 
Un autre salariée qui avoue être tombé des nues, n'arrive pas à croire que l'agence du centre ville va fermer. Elle savait les locaux vétustes et l'absence d'accès handicapé. Mais elle pensait que des travaux seraient faits. A aucun moment, elle n'a pensé à une fermeture. "Les services publics en centre ville, ça ne nous paraît pas être du tout le moment de les enlever". Alors que la crise économique et sociale des prochaines semaines s'annonce d'une ampleur sans précédent.

"On peut tous être chômeur un jour..."

"On va passer la barre des 100 salariés sur place à La Cartoucherie. C'est forcément plus impersonnel et le service est moins qualitatif. Nous, les gens qu'on accompagne, on les connaît et on se connaît bien au sein de l'agence. On forme une équipe et on a à coeur de rendre un service de qualité". 
 
"On a l'impression que ça n'intéresse pas grand monde ce qui nous arrive, poursuit cette salariée. Mais on peut tous être chômeur un jour. On peut tous sonner à la porte d'un grand bâtiment et personne n'est là pour vous répondre".

Les usagers vont devoir faire 25 à 30 minutes de trajet pour atteindre le site de La Cartoucherie, qui deviendra le plus gros centre de la métropole. La fermeture devrait être effective d'ici 6 à 12 mois. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie société coronavirus/covid-19 santé confinement social