"Oui, un gouvernement de gauche est possible" : Carole Delga appelle à l'union face à la poussée de l'extrême droite

Après la percée historique du Rassemblement National (31,5%) et de Reconquête! (5,5%) aux élections européennes, Carole Delga, présidente socialiste de la région Occitanie, sonne l'alarme. Pour elle, ce "raz-de-marée" de l'extrême droite, combiné à la dissolution annoncée par Emmanuel Macron, crée "une situation politique inédite" où la responsabilité de la gauche est "historique".

Après le coup de tonnerre de cette soirée électorale du 9 juin 2024, Carole Delga est la première personnalité politique d'Occitanie à s'exprimer sur la victoire du Rassemblement National et l'annonce de la dissoluton de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron.

A lire : Élections européennes 2024 : découvrez les résultats dans les départements d'Occitanie

Pour la présidente socialiste de la région Occitanie, Carole Delga, "le message est limpide : le peuple de France est excédé et demande un changement de politique".

L'élue socialiste voit dans ce vote une sanction du "macronisme" et un rejet de "l'injustice, la précarité sociale, la peur du déclassement et le sentiment de mépris" ressentis par de nombreux Français. Pour elle, "c'est la fin du macronisme. La dissolution n'y changera rien."

"L'heure est grave, la gauche doit s'unir"

Face à cette situation inédite, Delga estime que "la responsabilité [de la gauche] est historique". Selon elle, la gauche et l'extrême droite constituent désormais "les seules alternatives au pouvoir actuel" aux yeux des Français.Elle appelle donc à sortir "des logiques partisanes pour rassembler la gauche et ses idées" autour d'un "projet de justice sociale et de transformation écologique". Un rassemblement qu'elle juge nécessaire pour "battre l'extrême droite" et proposer "une véritable alternative républicaine".

Pour la présidente de la région Occitanie, ce projet de gauche unie doit être "clair" et apporter "des solutions concrètes au pouvoir d'achat, à l'éducation, à l'accès aux soins, à la sécurité et à la lutte contre le réchauffement climatique". Un projet porté par "les citoyens, les associations, les syndicats, les intellectuels..." Convaincue qu'"un gouvernement de gauche est possible", l'élue socialiste affirme sa détermination à "prendre toute [sa] part dans la construction de ce projet positif". Pour elle, "l'extrême droite au pouvoir n'est pas inéluctable".

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité