Parti socialiste. Chantre de la province, Carole Delga appelle à revoir la composition d'une liste pour l'élection européenne jugée trop "élitiste et parisienne",

Dans une lettre ouverte adressée au Premier secrétaire du Parti socialiste, Carole Delga exprime son mécontentement concernant la composition de la liste du PS pour les élections européennes. La présidente de la région Occitanie dénonce le manque d'ouverture territoriale et appelle à une révision de l'équipe, suscitant un débat interne au sein du parti.

Carole Delga n'est pas contente et elle le fait savoir. Dans une lettre ouverte adressée au Premier secrétaire du Parti socialiste, la présidente de la région Occitanie dénonce "le jeu des arrangements internes" pour la constitution de la liste du PS.

"Si je me félicite, comme en 2019, que Raphaël Glucksmann ait été choisi pour conduire notre liste de rassemblement que j’espère le plus large possible, je me fais ici la porte-parole de nombreux adhérents et sympathisants de notre parti qui regrettent le manque d’ouverture territoriale."

"Centralisme d'un autre âge"

La socialiste dénonce ce qu'elle décrit comme un "centralisme d'un autre âge" ayant effacé "l’impérieuse nécessité politique à faire entendre justement, en France et en Europe, la voix de celles et ceux qu’on n’entend pas ou qui n’arrivent plus à se faire entendre, le porte-parole de ces territoires déclassés, désindustrialisés, délaissés."

La liste comprend actuellement dix candidats éligibles, dont deux sont réservés pour Place publique, le mouvement politique de Raphaël Glucksmann. Cette décision a été adoptée avec une majorité de voix, bien que des membres du courant minoritaire Refondations, affiliés à Anne Hidalgo et Carole Delga, aient voté contre, exprimant leur insatisfaction.

"Hauts-de-France, banlieues parisiennes, Marseille, Bretagne, Occitanie, Outre-mer… voici quelques exemples des manques les plus frappants dans la composition de la liste, notamment dans les postes éligibles. Ces territoires sont souvent en haut des classements de chômage, de précarité, des injustices sociales, des difficultés d’accès à la santé… Ils ne sont pas, hélas, en haut de la liste du PS aux européennes" assène l'ancienne maire de Martes-Tolosan dans son courrier. 

Les "bidouillages" d'Olivier Faure ?

Carole Delga a donc a appelé à revoir la composition de l'équipe. "Si notre parti n'émet pas un signal politique fort et notamment celui de rendre visibles tous les invisibles de notre pays, alors à quoi sert-il ?", a-t-elle commenté.

Une initiative soutenue par l'ancien ministre Stéphane Le Foll, comme il l'a exprimé sur son compte X, anciennement Twitter : "Total soutien @CaroleDelga Il faut être sérieux. La constitution d’une liste ne ne peut pas être une affaire de bidouillages par @faureolivier".

Le président du conseil département de Haute-Garonne, Sébastien Vincini, est allé à contre courant de sa camarade occitane : "le PS est rassemblé dans sa diversité", a-t-il assuré. Les militants auront l'occasion de se prononcer sur cette liste le 8 février prochain, avec une validation prévue lors d'une convention le 10 février.