Le Planning familial de Haute-Garonne contraint de réduire de moitié le nombre de ses permanences

Le Planning familial de Toulouse est contraint, pour des raisons budgétaires, de réduire à deux le nombre de permanences par semaine. / © Pierre ROBERT / MaxPPP
Le Planning familial de Toulouse est contraint, pour des raisons budgétaires, de réduire à deux le nombre de permanences par semaine. / © Pierre ROBERT / MaxPPP

Moment d'écoute auprès des jeunes en questionnement, les permanences hebdomadaires du Planning familial de Haute-Garonne sont en danger. À cause d'un budget serré, il a été contraint de réduire à deux par semaine le nombre de permanences.

Par Aubin Laratte

Jusqu'à juin dernier, le Planning familial de Haute-Garonne proposait quatre permanences par semaine. Contraint de suivre un budget plus serré, il n'en propose désormais que deux, les lundis et mercredis après-midis. Il y a cinq ans, il en proposait six.

Ces permanences permettent très souvent aux jeunes de poser des questions sur leur sexualité, la contraception ou encore l'IVG. L'année dernière, c'est pas moins de 1 500 personnes qui ont été accueillies, selon France Bleu Toulouse, qui révèle le changement horaire.

Un appel aux fondations privées


La raison de ce changement ? Un budget alloué aux permanences en baisse. De 45 000 euros en 2016, il est passé à 20 000 euros cette année. Avec quatre permanences par semaine, les trois salariées ne pourraient alors être payées que pour la moitié...

Pas défaitiste, l'association créée en 1956 et depuis 43 ans à Toulouse espère réunir assez d'argent pour rouvrir d'autres permanences. Elle a contacté plusieurs fondations privées et espère un geste des acteurs publics. À suivre...

Sur le même sujet

A Toulouse, votre sapin de noël livré à vélo

Près de chez vous

Les + Lus