POLEMIQUE. Une battue aux sangliers organisée par un préfet pour contrer les opposants à un projet d'autoroute, les révélations du Canard enchaîné

Selon le Canard enchaîné en date de mercredi 13 septembre, la préfecture de Haute-Garonne aurait pris un arrêté de battue administrative contre les sangliers dans le secteur de Vendine. Un prétexte, selon l'hebdomadaire satirique, pour empêcher les opposants au projet d'autoroute entre Toulouse et Castres de bloquer l'abattage de platanes.

Dans la nuit du 31 août au 1er septembre, sept platanes ont été abattus à Vendine, malgré la mobilisation d'une centaine d'opposants à la construction de l'autoroute A69 entre Castres et Toulouse.

Jusque-là, les "écureuils", ces militants du Groupe national de surveillance des arbres (GNSA), avaient réussi à contrer certains abattages. Mais cette fois, ils ont été tenus à bonne distance. Et pour cause.

Selon le Canard enchaîné, pas moins de "200 gendarmes et CRS, deux hélicos, cinq drones" ont été déployés cette nuit-là, le long de la route départementale 11. Un dispositif "justifié" par un arrêté de battue administrative pris par la préfecture de Haute-Garonne, dans le but de détruire des espèces chassables qui occasionnent un danger pour les biens ou les personnes, à savoir les sangliers. Et ce, pour cinq jours, du 29 août au 2 septembre. 

Un arrêté qui a étonné chasseurs et élus du secteur concerné, rapporte l'hebdomadaire satirique. Les problèmes avec les sangliers ne sont pas connus. 
Mais l'arrêté, lui, permet de couper l'accès à certaines routes, explique le Canard enchaîné. Et c'est bien ce qui s'est passé le 1er septembre au petit matin. 

Le projet d'autoroute entre Castres et Toulouse (53 kilomètres), très ancien, est extrêmement controversé. De très nombreux habitants, élus, militants s'y opposent, dénonçant son inutilité et l'impact environnemental (366 hectares de cultures, vignobles et prairies, 20 hectares de zones humides et 224 grands arbres sacrifiés, rappelle le Canard enchaîné).