Prison avec sursis pour les 3 militants du CREA et du GPS à Toulouse

Accusés de dégradations aggravées sur une maison réquisitionnée, trois militants du CREA et du GPS ont été condamné ce matin par le tribunal de grande instance de Toulouse à un mois de prison avec sursis.

Le sexagénaire a été jugé par le tribunal correctionnel de Toulouse
Le sexagénaire a été jugé par le tribunal correctionnel de Toulouse © France 3 Occitanie
Les trois militants du CREA, campagne de réquisitions et d'entraide et d'autogestion, et du GPS, le Groupement Pour la défense du travail Social étaient convoqués au TGI de Toulouse ce vendredi matin. Accusés de dégradations aggravées sur une maison réquisitionnée, ils ont été condamnés chacun à un mois de prison avec sursis. Le parquet avait demandé une sanction mesurée mais forte pour protéger la propriété d'une personne âgée de 104 ans aujourd'hui hébergée en maison de retraite. Et le tribunal l'a suivi.

Le 8 novembre 2012, ils avaient ont été interpellés lors de l'expulsion d'un bâtiment réquisitionné par la CREA pour abriter 4 familles et des militants sans logement. Les mouvements de réquisition reconnaissent aujourd'hui que cette occupation était peut-être mal ciblée. Il voulaient en effet reloger des familles
avec enfants qui se retrouvaient à la rue suite à leur expulsion du bâtiment de l'URSSAF dans le quartier du Pont des Demoiselles.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement justice
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter