• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Procès de Laurent Dejean : les blessures de Patricia Bouchon expliquées aux jurés

Le corps de Patricia Bouchon a été retrouvé le 29 mars 2011, dans une buse en contrebas d'une route, à Villematier. / © MaxPPP
Le corps de Patricia Bouchon a été retrouvé le 29 mars 2011, dans une buse en contrebas d'une route, à Villematier. / © MaxPPP

Jeudi 21 mars 2019, 6ème jour du procès de Laurent Dejean, la cour d'assises de Haute-Garonne entend les experts scientifiques, et notamment le médecin légiste qui a procédé à l'autopsie du corps de Patricia Bouchon et livré les derniers instants ainsi que les causes de la mort de la victime.

Par Marie Martin

Le 29 mars 2011, 42 jours après sa disparition, le corps de Patricia Bouchon est retrouvé par un chasseur, à Villematier, à quelques kilomètres de Bouloc. Il repose dans une buse, en contrebas d'une petite route, dans une quarantaine de centimètres d'eau.

Dès le lendemain, le corps de la joggeuse est confié aux mains du docteur Norbert Talmon, médecin légiste au CHU de Rangeuil à Toulouse. C'est lui qui vient livrer ce jeudi 21 mars 2019 les conclusions de son expertise, aux jurés de la cour d'assises de Haute-Garonne qui jugent pendant 12 jours Laurent Dejean, accusé du meurtre de Patricia Bouchon.

"Ce n'est pas une autopsie très compliquée", explique-t-il à la barre.
Le visage présente, sur la face gauche, des plaies contuses, de 1 à 1,5 centimètres. Ce sont elles qui ont saigné, laissant une importante trace de sang dans l'impasse où Patricia Bouchon a été tuée.
Ces plaies sont le résultat de coups portés avant la mort, avec un "objet" contondant qui peut être un bout de bois, un barre de métal, une pierre. Ou un poing.
Un gant de latex déchiré ainsi que quelques cheveux sont retrouvés dans la bouche, juste derrière les dents.

Le corps présente également un traumatisme cervical grave dû à un mouvement de rotation et de flexion violent de la tête, une fracture du rocher droit, un hématome sur l'épaule droite. Des blessures infligées avant la mort mais également une fracture du nez et une fracture de l'os hyoïde post-mortem.

La partie inférieure du corps ne présente aucune blessure, ce qui exclut l'hypothèse d'un accident de la circulation.
Bien que le pantalon de jogging de Patricia Bouchon soit baissé sous les fesses, le tee-shirt et le soutien-gorge relevés, aucune lésion de la sphère génitale n'est constatée. Patricia Bouchon n'a pas subi d'agression sexuelle.

Le docteur Talmon est clair : il n'est pas là pour formuler une opinion mais les blessures constatées amènent à une hypothèse "probable" : Patricia Bouchon, qui mesurait 1,64 mètres et pesait 43 kilos, a été frappée au visage par son agresseur qui lui a ensuite infligé, par derrière, des mouvements violents à la tête, provoquant une tétraplégie. Une pression très forte est alors imprimé sur le cou, c'est l'asphyxie. L'os hyoïde est alors brisé.

Le corps de la victime est ensuite transporté un peu plus loin dans l'impasse où l'on retrouve son chouchou, une boucle d'oreille et un piercing. Et une importante trace de sang. Entre le premier coup et le décès, une dizaine de minutes...

Patricia Bouchon a par la suite été amenée à Villematier, dans cette buse où on la retrouvera plus d'un mois après. Son transport, vraisemblablement en voiture, a pu causer la fracture post-mortem du nez. 

Les traces ADN retrouvées sur Patricia Bouchon mais aussi sur les lieux du crime et du transport du corps ont fait l'objet de très nombreuses analyses. Ce sont elles qui seront au coeur des débats, cet après-midi...

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus