Quand le jihadiste Fabien Clain poursuivait France 3 en diffamation

Le jihadiste français toulousain Fabien Clain, voix du message revendiquant les attentats du 13 novembre au nom du groupe État islamique, avait engagé des poursuites en diffamation contre un reportage de France 3. La cour a prononcé le désistement du plaignant, absent de l'audience

Le reportage évoquait ses liens avevc Mohamed Merah
Il poursuivait près d'une vingtaine de propos issus de l'émission "Pièces à conviction", diffusée sur France 3 le 6 mars 2013, intitulée "Mohamed Merah,
l'incroyable échec des services secrets".
L'émission évoquait les liens de Clain avec Mohamed Merah, qui a tué sept personnes au nom du jihad à Toulouse et Montauban en 2012, ainsi qu'avec la cellule islamiste d'Artigat (Ariège).
Considéré comme l'un des organisateurs d'une filière d'envoi de combattants islamistes en Irak, pour y combattre l'armée américaine, il a été condamné en 2009 à cinq ans de prison.

Entre condamnation et revendication
Dans sa plainte contre France Télévisions, Fabien Clain affirmait qu'il condamnait les "attentats interethniques et les atteintes volontaires à la vie humaine à l'étranger comme en France".
"Entre la condamnation et la revendication, il y a un pas qu'il n'a pas hésité à franchir", a déclaré Me Éric Andrieu, conseil de France Télévisions.

Absent de l'audience 
Selon les autorités, Fabien Clain, toulousain parti rejoindre les rangs de l'État islamique, a enregistré le message audio revendiquant les attentats
du 13 novembre.

Comme il n'avait pas répondu aux sollicitations, n'était ni présent ni représenté à l'audience lundi matin devant le tribunal correctionnel de Paris, celui-ci a
constaté son désistement de fait.