Réchauffement climatique. Les glaciers des Pyrénées en "danger extrême" selon une dernière étude

La superficie totale glaciaire des Pyrénées a diminué de 23,2 % de 2011 à 2020. Les résultats d'une étude indiquent que les glaciers pyrénéens disparaîtront dans les prochaines décennies.

Les glaciers pyrénéens sont les plus grands du sud de l'Europe, mais leur survie est menacée par le changement climatique.

Une étude, publiée à la fin de l'été 2021, montre une évaluation des changements dans la zone glaciaire et sur l'épaisseur des glaciers pyrénéens de 2011 à 2020. Au cours de cette période, leur superficie totale a diminué de 293,9 à 229,2 hectares, soit 23,2 %, et leur épaisseur a diminué de 6,3 m en moyenne. 

Le taux annuel de perte de superficie glaciaire signalé au cours de la période d'étude est similaire à celui observé depuis les années 1980.

Sur les 24 glaciers restant dans les Pyrénées en 2011, trois ont suffisamment rétréci pour cesser de bouger au cours de la dernière décennie. "Cela signifie que même s'il reste de la glace, ils ne sont plus considérés comme des glaciers", a déclaré Jesús Revuelto, chercheur au Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM) et co-auteur de cette étude publié en Août 2021 avec Ixeia Vidaller.

Si la glace des glaciers ne bouge plus, cela signifie que le glacier a disparu.

Jesús Revuelto, chercheur au Centre National de Recherche Météorologiques

 

Selon l'étude, certains glaciers rétrécissent plus rapidement que d'autres. En fonction de l'altitude, mais aussi de facteurs topographiques qui pourraient donner plus d'ombre aux calottes glaciaires. Dans certaines régions, les glaciers auraient perdu plus de 20 mètres d'épaisseur.

Pour Jean-Michel Soubeyroux, directeur adjoint scientifique de la climatologie des services climatiques à Météo France, "ce n’est pas vraiment une surprise". "Cela fait une bonne quinzaine d’années qu'il y a un certain nombre d’études qui précisent ce constat".

 

La vie des glaciers est très variable selon les massifs. Elle se fait en deux périodes, il y a la période d’accumulation hivernale de neige du début novembre au mois de mai. C’est la période où la neige s’accumule sur le glacier et ensuite, la deuxième période, c’est l’ablation estivale, c’est le moment où la neige fond pendant l’été.

Jean-Michel Soubeyroux, directeur adjoint scientifique de la climatologie des services climatiques, Météo France

 

Selon lui, aujourd’hui, le problème n’est pas trop sur l’accumulation hivernale mais plutôt sur l’ablation estivale parce que les étés et les printemps sont beaucoup plus chauds et la neige fond beaucoup plus vite.

L’hiver, il y a des années où il neige plus que d’autres mais on continue à avoir des précipitations. Globalement, à l’altitude ou se trouve les glaciers, la neige continue de tomber. Les glaciers se trouvent dépourvus de neige assez rapidement et plus tôt dans la saison. À la fin de l’été, le glacier fond et c’est comme ça que les glaciers des Pyrénées disparaissent progressivement.

Jean-Michel Soubeyroux, directeur adjoint scientifique de la climatologie des services climatiques, Météo France

"S’il n’y a plus de neige, il reste la glace et si la glace fond, c’est à ce moment-là que le glacier perd de l’épaisseur", insiste Jean-Michel Soubeyroux.

En dessous de 2 400 mètres d'altitude, la superficie du glacier n'a pas changé de manière significative. À des altitudes de 2 400 à 2 700 mètres, les glaciers ont présenté un faible retrait, plus ou moins 10 %. Et entre 2 800 et 3 000 mètres d'altitude, le retrait de la superficie des glaciers était beaucoup plus élevé, environ 30 %.

Les résultats de cette étude indiquent que les glaciers pyrénéens sont en net déséquilibre avec le climat régional et disparaîtront probablement dans les prochaines décennies.

Ce vendredi 08 octobre 2021, une expédition de mesure a eu lieu dans le glacier d'Arcouzan dans les Pyrénées Ariégeoises. Vu du sommet du Mont Valier, on devine une équipe de mesure au travail.

Les glaciers sont définis par le mouvement. Ils coulent lentement en descente, comme des rivières de glace alimentées par la neige à des altitudes supérieures. À mesure que la neige s'accumule, la gravité et le poids de la calotte glaciaire poussent le glacier vers le bas. Lorsqu'un glacier s'arrête de bouger, il perd sa définition et n'est plus qu'une grande nappe de glace et de neige.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pyrénées nature montagne météo neige climat environnement