"Seuls, moches et abandonnés" ou le regard décalé de l'artiste Gilbert Legrand sur les déchets des plages

Depuis longtemps, l'artiste toulousain Gilbert Legrand détourne des objets pour leur donner vie. Cette fois, avec la scénariste Clémence Sabbagh, il s'en prend aux déchets des plages. Résultat, "Seuls, moches et abandonnés", un livre bien troussé et drôle aux éditions Plume de Carotte.

© Gilbert Legrand
Pendant que sa compagne bronze en lisant sur la plage, Gilbert Legrand s'y ennuie. Alors, il part arpenter le sable à la recherche des déchets manufacturés rejettés par l'océan. Une chaussure plantée dans le sable ? L'artiste, qui s'est spécialisé à Toulouse dans le détournement d'objets, y voit aussitôt un oiseau. Muni de son "feutre d'intervention" ou simplement en traçant autour de l'objet un dessin dans le sable, il lui donne vie et prend sa création en photo. 

Ces objets qu'il rencontre sur les plages de l'Atlantique, ou de la Méditerranée sont "Seuls, moches et abandonnés", titre du livre joliment troussé, poétique et drôle, co-produit avec la scénariste Clémence Sabbagh, qui sort le 17 septembre aux éditions toulousaines Plume de Carotte.
"Seuls, moches et abandonnés", de Gilbert Legrand et Clémence Sabbagh, à paraître aux éditions Plume de Carotte le 17 septembre
"Seuls, moches et abandonnés", de Gilbert Legrand et Clémence Sabbagh, à paraître aux éditions Plume de Carotte le 17 septembre © Gilbert Legrand/Clémence Sabbagh
Si Gilbert Legrand attire le regard sur ces objets, ce n'est surtout pas pour les magnifier. Bouteilles, emballages plastiques, bidon, seaux et autres peignes ont tous l'air un peu penauds. "Je les rends pathétiques. Ils sont tous moches, un peu comme leur situation les a rendus. Ils ont un problème existentiel", s'amuse l'artiste.

Les personnages ainsi créés, accompagnés de bulles avec des textes de Clémence Sabbagh, se parlent entre eux, devisent sur leur laideur et s'interrogent sur leur existence. Il y a bien "un petit discours sur la responsabilité des hommes d'en être arrivés à tout ce bordel", admet Gilbert Legrand. "C'est un peu écolo, mais pas trop ", explique-t-il.
© Gilbert Legrand et Clémence Sabbagh/Editions Plume de Carotte

Juste dans la ligne éditoriale de Plume de Carotte. "C'est un regard poétique sur les déchets mais qui aussi interroge.  On est hors didactique. On est dans l'interpellation", renchérit l'éditeur Frédéric Lisak.

Avec "Seuls, moches et abandonnés", Gilbert Legrand sort du confinement. Ses fans auront également bientôt l'occasion de voir ses oeuvres exposées à la médiathèque de Graulhet du 16 septembre au 17 octobre et dans le cadre du salon du livre de Gaillac à partir du 18 septembre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement art culture