• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Stadium : le Stade Toulousain et Toulouse Métropole se rendent coups pour coups

La pelouse du Stadium souffre à cause d'un champignon- Toulouse septembre 2016 / © MaxPPP
La pelouse du Stadium souffre à cause d'un champignon- Toulouse septembre 2016 / © MaxPPP

Le président du Stade Toulousain reprochait mercredi à Toulouse Métropole de mal avoir gérer le dossier du Stadium conduisant à l'annulation de la rencontre Toulouse/Toulon sur place. Les élus ont vertement répondu à Jean-René Bouscatel. 

Par Fabrice Valery

"La situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui est causée par une légèreté – une "désinvolture" pour reprendre l’expression que vous avez employée en conférence de presse – imputable au seul Stade Toulousain, écrit Romuald Pagnucco, élu métropolitain en charge du Stadium de Toulouse dans un courrier adressé à Jean-René Bouscatel le président du Stade Toulouse. Mardi en début d’après midi, vous avez eu une conversation téléphonique avec le président Moudenc, au cours de laquelle, vous avez pris acte de la décision de la collectivité et avez demandé en conséquence une compensation financière, à hauteur de 500 000 €, sans apporter la moindre justification d’un tel montant. Après étude, je vous confirme, comme cela vous a déjà été dit et comme vous le pressentiez vous-même, que cette somme, manifestement excessive, ne pourra être versée au Stade Toulousain".

Mardi, le président du Stade Toulousain reprochait à Toulouse Métropole de l'avoir prévenu tardivement que le match contre Toulon du 11 septembre ne pourrait pas se jouer au Stadium, en raison de l'état de la pelouse, actuellement en soin après avoir été infestée par le champignon pythium. Jean-René Bouscatel demandait (sans trop y croire) 500 000 euros de dédommagement, le manque à gagner celui-lui entre une rencontre dans une enceinte de 33 000 places et son stade Ernest Wallon de 19 000.

Surtout il reprochait sa "désinvolture" à la mairie de Toulouse. La métropole lui répond qu'il n'a fait sa demande que 23 jours avant le match, ce qui n'est pas un délai raisonnable, qui plus est en plein été, et qu'il s'est... trompé de sonnette, envoyant sa demande à Laurence Arribagé, maire-adjointe chargée des sports, alors que depuis le 1er janvier le Stadium est géré par Toulouse Métropole. Pour un ancien élu municipal comme Jean-René Bouscatel cela fait tâche !

Bref, le match contre Toulon n'aura pas lieu au Stadium. Et, par médias interposés, le Stade Toulousain et la majorité de droite de Toulouse Métropole se rendent coups pour coups. 

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus