Suspecté d'avoir mortellement poignardé sa femme à Toulouse, il se rend aux autorités portugaises

La femme de 29 ans a été tuée à son domicile rue Vincent Van Gogh à Toulouse. / © France 3
La femme de 29 ans a été tuée à son domicile rue Vincent Van Gogh à Toulouse. / © France 3

Activement recherché, l'homme suspecté d'avoir tué sa femme de plusieurs coups de couteau, dimanche  à Toulouse, s'est rendu à la police, au Portugal, où il s'était enfui, a-t-on appris de source judiciaire.

Par Vincent Albinet

Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt émis par le parquet de Toulouse après avoir pris la fuite.

Le concubin de la femme de 29 ans, mortellement poignardée de plusieurs coups de couteau dimanche à Toulouse, dans le quartier Bellefontaine, avait rejoint le même jour le Portugal, où, après avoir roulé toute la nuit, il s'est constitué prisonnier, les vêtements tâchés de sang, auprès de la police lisboète, à laquelle il a déclaré être l'auteur du meurtre.

Le meurtrier présumé devait être présenté dans la soirée à un magistrat portugais pour exécution du mandat d'arrêt. 

La justice attend désormais son rapatriement, qui peut prendre de quinze jours à un mois au vu des procédures, selon le parquet de Toulouse. 
    
Le drame s'était noué tôt dimanche matin après une violente dispute. Il aurait pour origine un différend conjugal sur fond de jalousie.

Le compagnon de la victime, âgé de 30 ans, originaire du Cap-Vert, lui aurait porté plusieurs coups de couteau au thorax et au cou, alors que l'enfant du couple, une petite fille âgée de 6 ans, dormait dans sa chambre. Elle avait été découverte endormie par les pompiers.  L'enfant a été prise en charge par les services publics, qui évaluent si elle peut être confiée à sa famille maternelle.

130 femmes sont mortes en 2017 en France sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami, contre 123 en 2016, un fléau que le gouvernement a promis de combattre en lançant notamment un portail internet dévolu au recueil des signalements.
    
En comptabilisant uniquement les femmes tuées au sein de "couples officiels", le chiffre des féminicides est stable, à 109 victimes, mais il est en hausse si l'on y ajoute les 21 femmes tuées par un petit ami, un amant ou une relation épisodique, selon le ministère de l'Intérieur.
 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus