Taymia, la fillette toulousaine gravement malade dans un camp en Syrie a été rapatriée en France

Taymia, 7 ans est arrivée en France dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle est actuellement prise en charge par les médecins d’un hôpital parisien où elle reçoit les premiers soins. Gravement malade, la fillette était détenue avec sa famille dans un camp au nord de la Syrie depuis 2019.

Evacuation camp Baghouz en Syrie
Evacuation camp Baghouz en Syrie © Chris Huby/Le Pictorium/MaxPPP

Elle est fatiguée mais elle va bien, elle n’a pas eu peur pendant le voyage mais son état de santé reste sérieux.

nous explique l’avocat de la famille, Maître Ludovic Rivière qui depuis un an se bat pour faire rapatrier l’enfant.
Orignaire de Toulouse, Taymia âgée de 7 ans, atteinte d'une pathologie cardiaque était dans un camp syrien depuis plus d'un an.

La fillette est revenue en France dans la nuit de mercredi à jeudi dans un avion médicalisé et elle a été hospitalisée à Paris. Elle devrait être opérée du coeur mais pour "le moment est elle dénutrie, elle reçoit les premiers soins et toute une batterie d’examens" précise l'avocat.

Ces derniers jours, dans le camp d’Al-Hol, l’état de santé de la fillette s'était encore dégradé, atteinte d’une malformation cardiaque depuis sa naissance, Taymia avait du mal à respirer, les médecins de l’hôpital Kurde craignaient à tout moment "un accident cardiovasculaire".
Emmenée par sa mère en Syrie en 2014, Taymia vivait avec sa soeur jumelle et ses deux petits frères dans le camp d’Al-Hol, depuis la chute du groupe Etat Islamique. 
 

Un long combat

C’est donc un soulagement pour Me Ludovic Rivière, l'avocat de la famille qui se bat depuis un an pour le rapatriement de la fillette.

Taymia a une chance de vivre. Je suis très ému, ça a été long même si la séparation avec sa mère et ses frères et soeurs a été douloureuse, je suis quand même soulagé de ce rapatriement.

Le rapatriement géré par la cellule de crise du Quai d'Orsay s'est bien déroulé et la petite fille a bien été prise en charge, rajoute l'avocat.

   

Le combat continue

Pour Me Ludovic Rivière, le combat est loin d’être terminé. Taymia est la 18 ème enfant française a être rapatriée, il faut arrêter la doctrine du rapatriement au "cas par cas" et faire rentrer tous les enfants français détenus dans ces camps syriens.
 
Selon les ONG, Ligue des droits de l'Homme, Amnesty International  France ou encore Human Right Watch, 300 enfants français seraient encore retenus dans les camps en Syrie.

L’avocat de la famille demande toujours le rapatriement de la famille de Taymia. "Il n’est pas admissible que le reste de la famille reste là bas, d’autant que les conditions de détention dans le camp se détériorent de jours en jours."
Selon Me Ludovic Rivière, les femmes doivent être jugées en France. Les Kurdes ne leur reprochent rien et l’Irak refuse de les juger. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société toulousains en syrie faits divers djihad terrorisme