Témoignage. Accueillir des migrants chez soi : "Je ne regrette pas du tout" témoigne une famille qui héberge une réfugiée

Publié le Écrit par Sardain Claire et Marie Martin

Accueillir des réfugiés, menacés dans leur pays, on y pense souvent mais la responsabilité fait souvent peur. L'association JRS propose un programme, Welcome. Son principe : accueillir un homme ou une femme durant six mois mais un mois seulement par famille. Reportage dans une de ces familles.

Mardi 19 décembre, les élus continuent à débattre du projet de loi controversé sur l'immigration. Ce qui n'empêche pas l'association JRS de continuer à proposer un programme d'aide aux réfugiés. Le principe de Welcome : accueillir un homme ou une femme durant six mois mais un mois seulement par famille. Nous avons rencontré une famille près de Toulouse qui héberge une réfugiée colombienne.

Devenir famille d'accueil

Marynelsy Morales-Calderon a fui son pays la Colombie. Sa vie était menacée par la guérilla. Arrivée en France il y a 6 mois, elle vit depuis le premier décembre chez Marie-Françoise et Antonio Da Costa. Le couple est devenu famille d'accueil il y a 3 ans.

"Voir tous ces migrants comme ça, je me disais ça ne peut pas durer", raconte Marie-Françoise Da Costa. "On ne peut pas continuer à rester assis sur nos fauteuils en se lamentant en regardant la télévision, il faut s'y mettre. Il a y 3 ans, alors que j'étais professeur dans un lycée jésuite, j'ai entendu parler de Welcome. Et voilà je ne regrette absolument pas".

Soutien aux réfugiés

L'association "Jesuite Réfugiés services" avec son programme Welcome organise ainsi depuis 10 ans l'accueil de réfugiés pendant une période 6 mois, à raison d'un mois par famille. Les Da Costa sont le dernier foyer pour Marynelsy, qui travaille déjà et va prendre son envol à Toulouse.

"Ce programme Welcome est d'une aide précieuse pour moi", reconnaît Marynelsy Morales-Calderon. "Je peux organiser ma vie et faire des projets pour mon avenir, me projeter dans ma vie future. C'est une vraie opportunité pour moi".

De l'accueil à l'amitié

Des liens forts se nouent rapidement et naturellement à chaque fois entre familles d'accueil et migrants. Ces hôtes participent à la reconstruction d'hommes et de femmes qui ont vécu des drames : "Eux, ils nous apportent quelque chose", confie Antonio Da Costa. "Je pense que nous aussi nous leur apportons quelque chose. Tous ces échanges sont vraiment extrêmement riches."

Du plaisir sans la lourdeur de l'administratif. Car un référent de l'association chapote chaque réfugié : "L'administrateur prend en charge les questions administratives", explique Dominique Loze, coordinateur de l'antenne régionale JRS Welcome. "Ce n’est pas à la famille de le faire. La famille l'héberge, lui fournit le toit, le couvert, l'affection et bien souvent l'amitié."

À Toulouse 130 familles font partie du réseau. Une douzaine de réfugiés sont accueillis en permanence. L'association cherche donc toujours des volontaires pour ouvrir leur porte pendant un mois.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :