• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : après son transfert aux urgences, l'enseignante du collège Bellefontaine poursuit sa grève de la faim

La professeur de Svt ce samedi matin au 6è jour de sa grève de la faim / © Cécile Fréchinos/France 3 Midi-Pyrénées
La professeur de Svt ce samedi matin au 6è jour de sa grève de la faim / © Cécile Fréchinos/France 3 Midi-Pyrénées

Pour protester contre sa "mutation dans l'intérêt du service" et celle de 5 de ses collègues suite à un mouvement de grève de trois semaines fin 2014, une enseignante du collège Bellefontaine a entamé son 6è jour de grève de la faim devant le rectorat après avoir dû être hospitalisée aux urgences

Par VA.

Elle est revenue devant le rectorat où elle a installé sa tente depuis lundi.

Après une grosse hypoglycémie qui l'a menée quelques heures hier aux urgences, Laure Betbeder a entamé ce samedi son 6 è jour de grève de la faim.

Assistée de ses collègues et amis, suivie médicalement, cette professeur de SVT du collège Bellefontaine de Toulouse n'en démord pas. Elle refuse la mutation d'office qu'elle et 5 autres de ses collègues se sont vus infliger à la suite d'une grève de trois semaines observée fin novembre 2014 dans le collège Bellefontaine.  Le 18 juin 2015, ces 6 enseignants s'étaient vus signifier une mutation et la mise sous le coup d’une procédure disciplinaire.

"J'irai jusqu'au bout, assure l'enseignante, c'est-à-dire jusqu'à l'annulation de ces mutations et de l'ensemble des sanctions dont nous sommes victimes."






Pour sa part, le collectif de soutien à l'enseignante grèviste de la faim explique que "ces décisions s'appuient uniquement sur les rapports d’un chef d’établissement débutant dont l’inexpérience a empêché de prendre la juste mesure d’un mouvement collectif. Ces rapports, remplis d’inexactitudes, de faits déformés, d’évènements tronqués, sont pourtant suffisants aux yeux de la rectrice et de l’inspecteur académique pour dresser une liste de coupables parmi les enseignants et les sanctionner sans jamais les avoir entendus."

Jeudi soir, Laure Betbeder avait reçu la visite de la rectrice auprès de son campement. "Je l'ai sentie à l'écoute", affirme-t-elle. "Elle reste bien sûr sur ses positions, mais je pense qu'elle a entendu des choses".

Ce samedi après-midi, un rassemblement de soutien à l'enseignante en grève de la faim devait avoir lieu à 15 heures place du Capitole.

En signe de soutien, le poète Serge Pey lira pour sa part ses textes devant le rectorat lundi 29 juin à partir de 18h30.
Au 6è jour de grève de la faim





Sur le même sujet

le MHB enfin victorieux en ligue des champions

Les + Lus