Toulouse-Blagnac : des travaux destinés à moderniser l’aéroport

De gros travaux vont débuter ce lundi à l’aéroport Toulouse-Blagnac. Objectif affiché : offrir aux passagers les services d’un aéroport international plus moderne avec la création d’une grande zone dédiée aux commerces et à la restauration.

© MaxPPP
Ce lundi débute une grande phase de travaux à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Enjeu : la modernisation de l’aérogare, projet du nouvel actionnaire Casil Europe. Elle passe par plusieurs axes, notamment la création d’une grande zone commerciale de 4000 m2 dans laquelle devrait ouvrir un grand nombre de boutiques et restaurants au printemps 2018, d'après le service communication. 

« Un lieu de vie dédié au shopping et à la restauration, doté d’aménagements confortables pour les passagers qui attendent leur avion »

Ce développement sera appuyé par la création d’un hôtel 4 étoiles directement relié à l’un des halls de l’aéroport. Il  comprendra 148 chambres et 1000 m2 d’espaces dédiés aux réunions, conférences et séminaires. 


Point de contrôle unique


Autre nouveauté : Blagnac disposera d’un unique point d’entrée en salle d’embarquement en 2018. Le hall D plus grand accueillera la totalité des postes de contrôle, dits d’inspection-filtrage sur un plateau de 3 000 m2. Il va être agrandi pour l’occasion. Tous les passagers transiteront par cette zone où seront implantées douze lignes de contrôle à débit élevé, dotés d’équipements de nouvelle génération. L’enjeu : améliorer l’efficacité des contrôles des bagages et des personnes. Coût de l’opération : 20 millions d’euros.

L’autre projet phare est de créer une jetée d’embarquement/débarquement à pied dédiée aux compagnies low cost et vols régionaux. La jetée de 2500 m2 disposera de cinq portes d’embarquement. Elles permettront d’accéder directement au tarmac et de rejoindre à pied les avions stationnés au plus près. Ouverture prévue en avril 2018.

Accélération des rotations d'avions


L’actionnaire souhaite ainsi offrir aux compagnies low-cost une infrastructure correspondant à leur modèle économique, à savoir une plus grande capacité pour les opérations d’embarquement et de débarquement. Les rotations d’avions devraient être assurées en un temps minimal. Selon cette perspective, la capacité de l’aérogare devrait être portée, d’après Casil Europe,  à 12 millions de passagers annuels en 2018.


Les premiers aménagements ont d’ores et déjà commencé. En fin d’année 2016, la construction de nouveaux comptoirs d’enregistrement des
compagnies aériennes et des tour-opérateurs a aussi débuté.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vente de l'aéroport toulouse-blagnac économie transports transports aériens société