Toulouse : la cartoucherie accueille une exposition de graffitis

Fort de son succès l'exposition the Bullet Factory a été prolongée jusqu'au 25 janvier. / © MAXPPP
Fort de son succès l'exposition the Bullet Factory a été prolongée jusqu'au 25 janvier. / © MAXPPP

Quand le street-art rencontre l'Histoire : cela donne naissance à l'exposition the Bullet Factory. 40 artistes ont investi les halles désaffectées de la Cartoucherie.

Par Cécile Frechinos

Des balles, des armes, des bombes....toutes ces munitions la Cartoucherie les a bien connues durant son passé d'usine d'armement. Les voilà de retour mais en peinture cette fois.
L'exposition The Bullet Factory, littéralement "usine de balles", a rassemblé 40 graffeurs.

Armés jusqu’aux dents de leurs bombes de peinture, les artistes se sont approprié 1000m2 de murs dans les halles désaffectées de l'ancienne usine.
Petit à petit, le bâtiment est devenue une véritable galerie d’art aux allures underground. 
 
Korail, Miadona, Gutter, Snake, Tremze, Spazm, Dark, Spot, Stus… Ces graffeurs et graffeuses font partie du paysage toulousain. / © Laurie Colinet
Korail, Miadona, Gutter, Snake, Tremze, Spazm, Dark, Spot, Stus… Ces graffeurs et graffeuses font partie du paysage toulousain. / © Laurie Colinet

Les artistes n'avaient qu'une seule consigne : utiliser la couleur dorée pour rappeler la couleur des munitions et des étincelles. 
Tous, dans leur propre style, dénoncent les horreurs de la guerre et rendent hommage aux soldats et aux munitionnettes, ces ouvrières qui travaillaient d’arrache-pied dans les usines d’armement.

Suite à l'affluence de visiteurs et de classes scolaires Cis'art l'association de street-art toulousain prolonge l'exposition jusqu'au 25 janvier. 


Voici le reportage de Laurie Collinet et Luc Truffert : 
 
Le street-art à l'honneur dans les halles désaffectées de la Cartoucherie

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus