Toulouse : les cheminots déposent symboliquement leurs outils de travail sur le parvis de la gare Matabiau

Une cinquantaine d'agents de la SNCF ont déposé leurs outils de travail sur le parvis de la gare Matabiau à l'appel de la CGT-cheminots. / © Emmanuel Wat / FTV
Une cinquantaine d'agents de la SNCF ont déposé leurs outils de travail sur le parvis de la gare Matabiau à l'appel de la CGT-cheminots. / © Emmanuel Wat / FTV

Toujours mobilisés contre la réforme des retraites les cheminots toulousains ont mené une action symbolique ce mercredi matin. A l'image des avocats qui ont jeté leurs robes noires, ils ont déposé leurs outils de travail sur le parvis de la gare Matabiau avant de rejoindre la manifestation interpro.

Par Yann-Olivier d'Amontloir

La mobilisation contre la réforme des retraites ne faiblit pas chez les cheminots toulousains.
Ce mercredi matin ils ont mené une action symbolique : s'inspirant des avocats qui ont jeté leurs robes noires en signe d'opposition à la suppression de leur régime de retraites autonome, ils ont déposé leurs outils de travail sur le parvis de la gare Matabiau.

Tout un symbole

Casquettes de contrôleurs, gilets, sifflets, drapeaux... Même s'ils n'utilisent plus de pelles pour pelleter le charbon dans les locomotives à vapeur, il existe encore de nombreux métiers différents chez les agents de la SNCF, qui ont chacun leurs propres outils.
Cette action, qui se voulait spectaculaire et symbolique, a mobilisé une cinquantaine de participants à partir de 8H30. Ils ont ensuite rejoint le cortège de la manifestation interprofessionnelle prévue à partir de 10H au départ du quartier Saint-Cyprien.
Des outils posés à terre, des gilets oranges accrochés aux arbres : action symbolique des cheminots contre la réforme des retraites. / © Emmanuel Wat / FTV
Des outils posés à terre, des gilets oranges accrochés aux arbres : action symbolique des cheminots contre la réforme des retraites. / © Emmanuel Wat / FTV

Baroud d'honneur, ou signe que la protestation reste intacte ?
Le nombre de manifestants et les signes de mobilisation dans les prochains jours donneront la réponse à cette question.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus