Toulouse : la démolition du parc des expositions sur l'île du Ramier commence

La démolition de l'ancien parc des expositions situé sur l'île du Ramier débute ce mardi 8 septembre. Il laissera la place à un grand espace de verdure. La métropole veut en faire le Central Park de Toulouse.
Les pelleteuses arrachent les façades des halls d'expositions.
Les pelleteuses arrachent les façades des halls d'expositions. © S.Duchamp/FTV
C'est un pan de l'histoire de Toulouse qui se tourne. Ce 8 septembre 2020, à 14 heures 30, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole, a officiellement lancé la déconstruction, sur l’île du Ramier, de l’ancien parc des expositions.
Les travaux de désamiantage sont terminés, la démolition de cinq des neuf halls (les 1, 2,4, 5 et 6) ainsi que des parkings situés devant les bâtiments commence.

Un lieu vieux de 68 ans

Les premiers coups de pioche démarrent en 1952. Les travaux s'étaleront jusqu'en 1966. Mais le parc des expositions est vite trop petit, alors il est étendu en 1987 et 1990 avec la réalisation de deux halls supplémentaires par l’architecte Pierre Glénat. Au total, le lieu s'étire sur 90 000 m2 dont 40 000 m2 couverts.  

Retour chronologique sur ce lieu emblématique de Toulouse.

Pendant plus de 60 ans, le parc des expositions va accueillir des centaines d'évènements : de la foire internationale au salon agricole en passant par celui des loisirs créatifs, de l'automobile, des antiquaires, de la déco ou encore du chat...

Des milliers de visiteurs ont foulé ses allées entre les salons de la décoration et du meuble, ceux consacrés aux chats et bien d'autres rendez-vous. En voici quelques exemple à travers des reportages.
Archives : salon de la déco et du meuble au parc des expositions de Toulouse 1970
Archives : le salon du chat 1973

Retour aux sources

Mais l'ïle du Ramier n'a pas toujours ressemblé à ça. Au contraire. Il y a 100 ans, l'Île abritait le "Parc Toulousain" avec des grandes allées ombragées, un kiosque à musique et un restaurant. 

C'était un haut lieu de promenade où les Toulousains aimaient se retrouver. Sa transformation débutera dans les années 50. 

Le poumon vert de Toulouse

La démolition va permettre de créer un espace de verdure en pleine ville. A l'image de Central Park à New York, Toulouse veut en faire son poumon vert. 

Le réaménagement a d'ailleurs déjà commencé il y a trois ans par le nord (côté Pont Saint Michel), avec la destruction d'une discothèque et la création d'une esplanade à la place.

L'idée est d'enlever le plus de constructions possibles, pour laisser la place à la nature, à l'espace et permettre une ouverture sur le fleuve.

Une esplanade aussi grande que la place du Capitole

La suppression du parc des expositions va permettre la création d'une grande esplanade de la taille de la place du Capitole, qui permettra l'organisation d'événements en plein air. Tout autour, un grand parc de sept hectares sera arboré, des passerelles de chaque côté de la Garonne pourront faciliter l'accés vers les quartiers Croix de Pierre et Empalot.

Certains bâtiments conservés

Certains bâtiments vont être conservés pour accueillir une cité des Sports urbains, un gymnase municipal et un pavillon du bien-être avec spas, hammams et remise en forme. Le hall 9 deviendrait une déchetterie-recyclerie. 

Ce vaste chantier doit durer jusqu'en 2030. 
Le chantier du nouveau parc des expositions de Toulouse
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture et urbanisme culture architecture expositions événements sorties et loisirs