Cet article date de plus de 4 ans

Toulouse : des jeunes à la rue depuis la suppression de l'accueil hôtelier des mineurs

Depuis le 12 avril, le conseil départemental de Haute-Garonne a supprimé l'accueil hôtelier des mineurs isolés. Les centres d'hébergements d'urgence étant saturés, certains jeunes se retrouvent à la rue. C'est le cas de Malou, 16 ans. 
Plusieurs associations attaquent le conseil départemental devant le tribunal administratif. Elles estiment qu’en changeant son mode de prise en charge des mineurs isolés ou des femmes isolées ou battues, le Conseil départemental a jeté à la rue des dizaines de personnes.

En effet, depuis le 12 avril, le conseil départemental a supprimé l'accueil à l'hôtel des mineurs isolés. Il ne reste plus que le centre d'hébergement d'urgence, qui ne compte que 150 places et qui est actuellement saturé. 

À la place de l'hébergement hôtelier, le Département veut ouvrir 450 places d'accueil d'ici 4 ans avec un accompagnement social adapté.


Malou, 16 ans et à la rue 

Depuis l'annonce du conseil départemental, Malou, 16 ans et d'origine malienne est à la rue. Il dort tantôt à la gare Matabiau, tantôt sur des bancs... 
Dans son malheur, Malou peut compter sur le soutien des bénévoles qui aident les jeunes à faire valoir leurs droits et qui orientent également des mères isolées vers le 115, dernier recours pour ces personnes à la situation précaire.

Un reportage de Luc Truffert : 

durée de la vidéo: 01 min 35
Le conseil départemental supprime l'accueil hôtelier des jeunes mineurs isolés


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réfugiés société social économie