• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Toulouse, le festival Manifesto place la photographie au coeur de la ville

Le festival Manifesto mêle depuis 16 ans jeunes talents et grands noms de la photographie dans une manifestation gratuite. / © Jean-Luc Pigneux / France 3 Occitanie
Le festival Manifesto mêle depuis 16 ans jeunes talents et grands noms de la photographie dans une manifestation gratuite. / © Jean-Luc Pigneux / France 3 Occitanie

Il invite depuis 16 ans les Toulousains à découvrir gratuitement la photographie contemporaine internationale. Le festival Manifesto vient de s'ouvrir pour 15 jours, au coeur de la ville. 

Par Laurence Boffet

Comme chaque année en septembre, Manifesto a posé ses conteneurs maritimes à Toulouse. Dans chacun d'entre eux, un photographe à découvrir. Une invitation à explorer la nouvelle création photographique internationale jusqu'au 29 septembre. 

Une exposition pour les jeunes talents

Chaque année, le festival fait la part belle aux jeunes auteurs. 350 ont proposé leurs clichés pour cette édition 2018. Un jury indépendant en a sélectionné 12. Ils sont exposés aux côtés de grands noms de la photo, comme Martine Voyeux, invitée d'honneur de cette 16ème édition. 
 

Un festival gratuit

Rendre la culture accessible au plus grand nombre et donner une place à la photographie contemporaine, c'est la volonté des organisateurs du festival. Ce collectif d'artistes l'organise bénévolement depuis 2002. "Nous sommes tous photographes" explique Jean-François Daviaud, membre du collectif, "c'est un gros sacrifice pour nous. Nous ne nous payons pas mais nous rémunérons nos photographes, contrairement à de grandes manifestations qui ont des budgets bien plus énormes que nous". Chaque artiste touche 750 euros pour sa participation au festival. 
Depuis sa création en 2002, ce sont près de 400 photographes venus du monde entier qui ont ainsi pu rencontrer leur public. 

Voir ici le reportage de Claire Sardain et Jean-Luc Pigneux :
A Toulouse, le festival Manifesto place la photographie au coeur de la ville

Sur le même sujet

Gilets jaunes : ambiance "bon enfant" à Aimargues dans le Gard

Les + Lus