• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Toulouse, des Gilets Jaunes préparent des “bombes à excrément” pour les forces de l'ordre

Ces projectiles, lancés sur les forces de l'ordre les couvrent d'excréments, ont déjà été utilisés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes. / © France 3 Occitanie - Capture d'écran Facebook
Ces projectiles, lancés sur les forces de l'ordre les couvrent d'excréments, ont déjà été utilisés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes. / © France 3 Occitanie - Capture d'écran Facebook

La dénonciation par un syndicat de police de l'utilisation par des Gilets Jaunes de "bombes à excréments" contre les forces de l'ordre semble avoir donné des idées à Toulouse. Sur les réseaux sociaux, des manifestants annoncent la préparation de ce que l'on nomme des "Cacatov".  

Par Sylvain Duchampt

La photo circule depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux : de petits ballons jaunes, a priori, remplis d'une mixture marronnasse, accompagné de ce commentaire "Toulouse prépare ses bulletins de vote pour samedi. On souhaite un bon appétit aux CRS !"

Des coktails molotov au "caca"

Ces ballons seraient des "bombes à excréments" également appelés "Cacatov" en référence aux "cocktails molotov". Des projectiles que des Gilets Jaunes compteraient utiliser pour la mobilisation du samedi 2 mars 2019 à Toulouse. 

Au départ du cortège cet après-midi, une banderole sur laquelle est inscrit "Caca Party" a d'ailleurs été déployée. 

Il y une semaine, un agent de police aurait été, selon le Parisien, "la cible d'un jet d’excréments sous forme liquide en marge de la manifestation de l’acte 15 " à Paris. Des méthodes dénoncées par le syndicat UNSA Police SDSS
 

De lourdes peines

Ce type d’actions ont déjà été utilisées contre le président Nicolás Maduro, au Venezuela, il y a deux ans, et lors de l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. 

Ce geste peut sembler léger. Pourtant aux yeux de la justice il constitue des violences et peut s'avérer être puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.
 

Sur le même sujet

Montpellier : polémique et manifestation autour du projet de zone d'activité à Saint-Clément-de-Rivière

Les + Lus