Toulouse : ils créent des abris modulables pour SDF avec des matériaux de récupération

Créée il y a un an, l’association « Arch Crowd » rassemble une bande de trentenaires sensibles au recyclage et à la précarité extrême. Ils luttent, à leur échelle, contre le mal logement et le gaspillage en créant des abris pour SDF avec des matériaux récupérés auprès des industriels locaux.
 

Les cabanes sont fabriquées avec des palettes et du carton d'emballage
Les cabanes sont fabriquées avec des palettes et du carton d'emballage © Eric Marlot - FTV

Yassin, Timothée, Dorian et Aymeric se retrouvent tous les lundis soirs. Palettes, cartons d’emballage, bâches ou chambres à air usagées, leur servent à créer des abris modulables destinés aux SDF. Tous les 4 ont moins de 30 ans, un diplôme d’ingénieur et sont sans emploi. Ils se sont connus au sein du FabLab toulousain Artilect.

 
Des chambres à air de vélos pour assure l'étanchéité.
Des chambres à air de vélos pour assure l'étanchéité. © Eric Marlot - FTV

Ateliers participatifs


Leur atelier est installé à la maison du peuple, un squat situé près de l’aéroport Toulouse Blagnac, un espace de vie et d’échange créé par les gilets jaunes. C’est ici que sont fabriqués les panneaux qui serviront à la construction des abris. Des panneaux fabriqués à l’occasion de chantiers participatifs lancés via la page Facebook de l’association.

Rien ne se perd tout se recycle


Pour assurer l’étanchéité entre les panneaux, leur tranche est garnie de chambres à air découpées en bande. L’isolation est assurée par plusieurs couches de carton d’emballage et la structure (plancher et panneaux) est réalisée avec du bois issu de palettes.
La matière première, les membres de l’association se la procurent auprès des entreprises locales. Les chambres à air sont récupérées chez Décathlon, les cartons viennent des grandes enseignes de la rue Alsace-Lorraine et les palettes sont collectées auprès des entreprises des zones industrielles toulousaines.
 
Les panneaux sont préfabriqués avant d'être assemblés.
Les panneaux sont préfabriqués avant d'être assemblés. © Eric Marlot - FTV


Le premier prototype a été mis en service en avril 2019 à Ramonville pour accueillir une SDF. Elle a vécu 4 mois dans l’abri avant de retrouver un logement.

La cabane l’a remise dans une dynamique de prise en main, de resocialisation en la sortant de l’urgence.
Aymeric – Membre de l’association « Arch Crowd »


La plus petite cabane mesure 2 mètres 40 sur 1 mètre 20 pour une hauteur d’1 mètre 20. Constituée de 13 panneaux, sa construction demande 1 à 2 semaines de travail. L'assemblage se fait en moins d’1/2 heure. Pour agrandir l’espace de vie, il suffit d’ajouter des panneaux.
 

 

On fait de la R et D. Non, pas de la Recherche et Développement mais de la Recherche et Décroissance.
Aymeric – Membre de l’association « Arch Crowd »

 

Yassin Hajji, l’initiateur du projet nous raconte comment l'idée est née



La cabane d’Arch Crowd fait partie de la centaine de projets retenus dans le cadre de l’opération « Ma solution pour le climat » lancée par la région Occitanie.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives