Toulouse : la 3ème ligne de métro partira d'Airbus Colomiers pour aller (peut-être) jusqu'à Labège

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Valery

Tisséo a dévoilé ce vendredi le tracé de la future 3ème ligne de métro. La liaison jusqu'à Labège est une "option", Jean-Luc Moudenc s'opposant à la prolongation de la ligne B. Mise en service souhaitée en 2024. 

Comme annoncé il y a quelques mois, Jean-Luc Moudenc (maire LR de Toulouse et président de la Métropole) et Jean-Michel Lattes (premier adjoint et président du syndicat mixte des transports en commun) ont dévoilé vendredi matin le tracé retenu pour la troisième ligne de métro qu'ils veulent réaliser d'ici à 2024

21 kms, 17 stations... et plusieurs options

La 3ème ligne (baptisée TAE pour Toulouse Aérospace Express) reliera le nord-ouest au sud-est toulousain. Elle desservira les usines Airbus de Colomiers et Saint-Martin du Touch, mais pas le centre-ville columérin. Ensuite, deux options sont envisagées, soit regagner Toulouse par les 7 Deniers (avec connexion au tram T1/T2), soit monter vers l'aéroport de Blagnac puis redescendre vers le Boulevard de Suisse et Fondeyre. 
La ligne sera alors assez proche des lignes A et B, dans les secteurs de La Vache, de la gare Matabiau (Raynal) puis de François Verdier, en centre-ville.
Direction ensuite les "beaux quartiers", avenue Jean Rieux et la Côte Pavée avant de redescendre vers Airbus Defense & Space (ex-Astrium). Là, le terminus n'est pas encore tranché : soit vers Malepère, soit vers Labège (lire ci-dessous). 

DOCUMENT / le tracé de la 3ème ligne (cliquez pour agrandir) :

Le sac de noeuds de la desserte de Labège

Les initiateurs du projet ont laissé en suspens l'éventualité d'un terminus de la ligne TAE à Labège, alors que les relations entre Jean-Luc Moudenc et Jean-Michel Lattes d'un côté et le Sicoval (la communauté de communes du sud-est toulousain) de l'autre sont extrêmement tendues sur le sujet de la desserte de Labège par le métro. 
Initialement favorable au prolongement de la ligne B, Jean-Luc Moudenc a changé d'avis et ne veut plus réaliser ce prolongement, préférant récupérer les plus de 300 millions qu'il doit coûter pour payer une partie de la ligne TAE. Colère du Sicoval qui ne veut pas attendre 2024 ou plus tard pour être desservi par le métro. 

Un projet lancé pendant la campagne des municipales

L'idée d'une troisième ligne de métro a été lancée durant la campagne des municipales de mars 2014. Presque simultanément, en décembre 2013, deux candidats aux élections, Jean-Luc Moudenc et Jean-Pierre Plancade, avaient présentés des projets assez proches, issus chacun... du même travail préparatoire d'un étudiant de Sciences-Po Toulouse. 
Le projet initial de Jean-Luc Moudenc, prévoyait de s'arrêter à "Astrium" près de Montaudran et ne prévoyait pas d'aller jusqu'à Labège. 
Un financement d'au moins 1,7 milliard d'euros pas encore bouclé
Vendredi matin, Jean-Luc Moudenc a affirmé que mi-2016 il présenterait le plan de financement consolidé de cette troisième ligne dont il évalue le coût à 1,7 milliards d'euros.
Lorsqu'en 2013, pendant la campagne, il présentait à la presse son projet de 3ème ligne, son plan de financement était le suivant :
  • 655 millions de subventions venant de l'Etat, de la Région, du département et de l'aéroport.
  • 100 millions issus de la renégociation de la concession des parkings de Toulouse
  • 950 millions d'abandons de projets inscrits par la majorité précédente au plan de déplacements urbains notamment la ligne de tramway "canal" (350 millions), le BHNS ouest de Lardenne (90 millions), le prolongement de la ligne B du métro à Labège (300 millions), la réduction de 50 % du coût de l'élargissement des quais de 3 stations de la ligne A (165 millions).
Mais certaines de ces "économies" sont prévues d'être investis dans d'autres projets de déplacements notamment la multiplication des bus Linéo. En juillet dernier, Jean-Luc Moudenc avait fait référence à des financements "innovants", parlant notamment à de nouvelles aides européennes pour les grands projets structurants. 
La gauche, elle, estime toujours que ce projet de 3ème ligne n'est pas finançable.