Toulouse : la marche des fiertés attire la foule, entre visibilité accrue et craintes pour le futur

Publié le

La 27e marche des fiertés a réuni plus de 25 000 personnes des communautés LGBT de la ville rose. Pour les marcheurs, un seul mot d'ordre : "Sois toi-même et aime qui tu veux".

Le drapeau-arc-en-ciel est de retour dans les rues de Toulouse. Comme à Caen, Marseille, Londres ou d'autres communes françaises, la ville rose accueille, ce samedi 2 juillet, la marche des fiertés.

Plus de visibilité...

Une journée de fête pour réaffirmer les droits des personnes LGBT. Une journée, aussi, pour se rendre compte du chemin parcouru. "Les années et les années de manifestations, de luttes et de visibilité font que la loi a changé et qu'on a pu adopter un enfant" explique Laurent, père d'une jeune fille. 

En effet, grâce au mariage pour tous, Laurent et son compagnon, Nicolas, ont pu devenir parents en adoptant Leïla, lorsqu'elle avait cinq mois. Alors pour le couple, il était également important de venir participer à la marche des fiertés en famille. L'occasion, de battre à nouveau le pavé.

"J'ai commencé le militantisme quand j'avais 18 ans, c'est à ce moment-là aussi que j'ai découvert mon homosexualité, raconte Nicolas. Je suis rentré dans des associations quand j'étais étudiant et quand j'ai commencé à travailler je suis passé à autre chose".

... mais des droits toujours en danger

Comme cette famille, des milliers de personnes se sont réunies partout en France comme dans les rues de Toulouse. Conscients des évolutions acquises grâce aux précédents combats, les marcheurs d'un jour ne restent pas moins sur leurs gardes quant au futur.

"De nouveau les questions se posent, regrette un participant de la marche. Aux États-Unis, ils viennent de retirer la loi fédérale sur l'avortement et ils sont en train de parler du mariage. On espère que ça va garder la bonne direction et qu'on ne va pas revenir en arrière pour ces chose- là aussi".

Laurent se souvient particulièrement d'une période marquante pour la communauté homosexuelle. "Pendant le mariage pour tous, on a commencé à voir des milliers de personnes qui sont descendus dans les rues pour nous expliquer que nous sommes des monstres, des pédophiles, des créatures du démon... C'était d'une immense violence" se remémore-t-il. 

Que la communauté LGBT toulousaine soit rassurée. Elle n'est pas seule, puisqu'environ 25 000 personnes ont été recensées durant la marche des fiertés.