Toulouse : le comportement violent et dangereux d'un enfant excède les parents d’élèves de l’école Lespinasse

Plusieurs représentants de parents d’élèves de l’école élémentaire Lespinasse à Toulouse ont manifesté, dimanche 20 juin, devant l’un des bureaux de vote du quartier de Saint-Cyprien. Ils dénoncent une école en « souffrance », causée par le comportement d’un élève.

 

Le 20 juin 2021, les parents d'élèves de l'école élémentaire Lespinasse à Saint-Cyprien à Toulouse se sont mobilisés pour dénoncer une école "en souffrance".
Le 20 juin 2021, les parents d'élèves de l'école élémentaire Lespinasse à Saint-Cyprien à Toulouse se sont mobilisés pour dénoncer une école "en souffrance". © Les représentants d'élèves de l'école Lespinasse.

« Cette situation ne peut plus tenir. C’est toute notre école qui est en souffrance ». C’est un cri d’alerte que lancent Jean-François Texier et Isabelle Heral, parents d’élèves de l’école primaire Lespinasse à Toulouse. Tous deux souhaitent retrouver l’ambiance sereine de l’établissement.
Depuis novembre, le comportement d’un élève de CE2 pose problème. Selon les parents d’élèves, cet enfant âgé de 8 ans aurait agressé « à plusieurs reprises les élèves et l’enseignant et étranglé un membre du personnel de l’établissement. Le directeur de l’école aurait lui aussi pris un coup de poing ». Et ce ne sont pas les seuls témoignages, depuis novembre, ils sont de plus en plus nombreux : « c’est un garçon qui se comporte comme un électron libre, il s'est déjà enfui de la classe, il casse le matériel des élèves. »

Une situation qui a fortement perturbé les élèves et les enseignants : « un instituteur est en arrêt maladie, il n’a pas réussi à gérer la situation. Les enfants en font même des cauchemars. »

Cet enfant perturbe totalement la classe et a déjà agressé violemment des professeurs. Cela créé des difficultés au sein de l’établissement, cela ne peut plus durer. 

Isabelle Heral, représentante des parents d’élèves.

Un enfant en « grande souffrance »

« C’est un enfant en grande souffrance, il ne fait pas exprès de commettre ces violences, il a absolument besoin d’aide, il n’est pas adapté au système scolaire ordinaire », explique Isabelle Heral, parent d’élève.
Sollicitées par France 3 Occitanie, ce lundi, l’école élémentaire Lespinasse et l'équipe enseignante n’ont pas souhaité donner davantage de précisions sur les agissements de cet enfant. Mais pour les parents d’élèves, il y a urgence : « nous arrivons à une échéance importante, c’est bientôt la fin de l’année, nous ne souhaitons pas que cet élève soit encore dans notre école à la rentrée. Il faut le placer dans un établissement qui saura répondre à ses besoins », indique Jean-François Texier.

Pour rappel, l’écolier a déjà été renvoyé de deux autres établissements toulousains.

 

On est face à une situation où l’enfant n’est pas adapté au système scolaire ordinaire. Il faut que les services de l’Etat prennent en charge le problème.

Jean-François Tixier, représentant des parents d'élèves.

Le rectorat "saisi"

Pour faire avancer les choses, les parents d’élèves de l’école Lespinasse à Toulouse se sont réunis, dimanche 20 juin, devant l’un des bureaux de vote du quartier de Saint-Cyprien. « Nous voulions interpeller les élus et le conseil département, aujourd’hui, cette situation ne peut plus continuer », clame Jean-François Tixier.
Ils ont également saisi le rectorat et l’Inspection de l'Académie de Toulouse, mais leurs courriers sont restés sans réponse : « nous attendons des réponses, cet enfant a été intégré à l’école, sans accompagnement ni mesures de la part de l’inspectrice et du rectorat qui connaissaient pourtant la situation qui dure depuis plusieurs années », ajoute le parent d’élève.

Contacté par France 3 Occitanie, le rectorat de Toulouse a précisé que « la situation était bien connue et très suivie par l'inspection académique de la Haute-Garonne depuis plusieurs mois. L'inspecteur rencontrera mercredi les parents d'élèves. » 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société polémique élections départementales 2021 politique élections