• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : malaise au musée des Abattoirs, une grève annoncée vendredi

Photo d'illustration / © ERIC CABANIS / AFP
Photo d'illustration / © ERIC CABANIS / AFP

Une partie du personnel du musée des Abattoirs à Toulouse "tient à faire part de son inquiétude et de sa souffrance au travail," annonce le syndicat Sud 31 dans un communiqué de presse ce mardi 12 mars. Une grève est prévue le vendredi 15 mars, jour de l'inauguration de l'exposition Picasso.

Par Amy Mcarthur

Le personnel du musée les Abattoirs en a assez. Dans un communiqué de presse, le syndicat Sud 31 dénonce une "dégradation des conditions de travail" et un "mal-être des agents." Un préavis de grève a été déposé pour le vendredi 15 mars, jour de l'inauguration de l'exposition "Picasso et l’exil, une histoire de l’art espagnol en résistance".

Une exposition montée dans des conditions loin d'être idéales : "Sa mise en place s'est déroulée dans la plus grande désorganisation, entraînant une fermeture inopinée au public pendant les vacances scolaires," souligne le communiqué. 

"Officiellement, tout va très bien"

C'est la goutte qui a fait déborder le vase pour une grande partie du personnel. La grève leur semble alors être la dernière action possible face au manque d'écoute de la direction : "On a essayé toutes les voies en interne... il n'y a pas du tout d'écoute de ce qu'il se passe. Officiellement, tout va très bien, " déplore Anne Santini, déléguée syndicale, "mais nous sommes dans un climat de peur et de pression." 

Une situation qui dure depuis plus de deux ans, et qui a commencé à se cristalliser suite au départ de l'ancien directeur Olivier Michelon en 2016. Le communiqué du syndicat remarque depuis un renforcement d'un "autoritarisme et des injonctions"  et un "mépris qui pèse sur un personnel fragilisé." 

Un cri d'alerte des salariés, qui annoncent dans le communiqué vouloir être "de nouveau fiers de nos engagements vis-à-vis de l'art et du public. La direction a réagi à travers un communiqué de presse diffusé le mardi 13 mars :  

"Nous croyons préférable de traiter des questions d'organisation interne par un dialogue normal, loin de la place publique, entre direction et représentants du personnel, ainsi qu’au sein des instances habilitées. Les propos tenus en dehors de l’institution sont bien regrettables au moment où débute la très importante exposition dédiée à Picasso et l’exil" explique Pierre Esplugas-Labatut, Président du syndicat mixte des Abattoirs.

"Je serai attentif à ce que soient protégés tous les agents, quelles que soient leurs fonctions dans l'établissement, aussi bien ceux qui adhèrent au projet que ceux qui se sentent en difficulté," ajoute-t-il. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pyrénées-Orientales : un vaste trafic de drogue et de migrants démantelé

Les + Lus