• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Toulouse, Nicolas Sarkozy va répondre aux questions du public

Nicolas Sarkozy à Troyes, lors de ses questions-réponses avec le public / © François Nascimbenia / AFP
Nicolas Sarkozy à Troyes, lors de ses questions-réponses avec le public / © François Nascimbenia / AFP

Pas de meeting traditionnel, pas de discours au pupitre : mercredi soir (18 heures salle Jean-Mermoz) Nicolas Sarkozy, en campagne pour la présidence de l'UMP, répondra aux questions d'un public trié sur le volet. 

Par Fabrice Valery

Le meeting de Nicolas Sarkozy, en campagne pour la présidence de l'UMP, prendra la forme d'une séance de questions-réponses avec le public comme l'ancien président de la République l'a déjà pratiquée la semaine dernière à Troyes dans l'Aube

Nicolas Sarkozy ne prononcera donc pas de long discours comme il l'avait fait lors de son premier meeting de campagne à Lambersart, près de Lille, le 25 septembre dernier. 

Le public qui pourra poser des questions au candidat est trié en amont par les services de Nicolas Sarkozy : il est obligatoire de s'inscrire sur le site internet du candidat pour assister à la réunion et les questions doivent être transmises en avance par email. Mais selon le service de presse de Nicolas Sarkozy, certaines questions spontanées seront prises dans la salle. 

Quant au cérémonial, il est prévu "qu'une personnalité locale" dise un mot d'introduction pour accueillir Nicolas Sarkozy. A Troyes, c'est le maire UMP de la ville François Baroin, rallié à Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP, qui avait fait cet exercice introductif. A Toulouse, le service de presse du candidat a confirmé à France 3 que le choix n'est pas encore arrêté, à 48 heures du meeting.

Comme nous l'écrivions la semaine dernière, le maire UMP de Toulouse et président de l'UMP de Haute-Garonne, Jean-Luc Moudenc n'a pas encore choisi son "poulain" parmi les trois candidats en lice pour la présidence du parti. En revanche, sa deuxième adjointe, Laurence Arribagé, qui lui a succédé à l'Assemblée Nationale et devrait aussi prendre sa succession début 2015 à la tête de l'UMP 31, a déjà intégré le staff du candidat favori des militants. 

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus