Toulouse : nombre de bénéficiaires en forte augmentation, manque de bénévoles, les Restos du Coeur lancent un appel

La crise du Covid-19 a des répercussions durables sur les associations humanitaires. A Toulouse, les Restos du Coeur tirent la sonnette d'alarme. Le nombre de bénéficiaires augmente fortement et l'association a besoin de bénévoles.
1368 bénévoles et 8 salariés œuvrent au sein des Restos du Coeur de la Haute-Garonne.
1368 bénévoles et 8 salariés œuvrent au sein des Restos du Coeur de la Haute-Garonne. © Benoît Felace/MaxPP
Dès le début de cette crise sanitaire sans précédent, les effets s'en sont fait sentir sur les associations caritatives et six mois plus tard, force est de constater qu'ils sont durables.
A titre de comparaison, en un an, le nombre de repas distribués le soir, lors des maraudes des Restos du Coeur, est passé de 400 à plus de 800 par jour.

De nouveaux profils de bénéficiaires

"On a eu pas mal de personnes touchées par le chômage mais qui ne touchaient pas encore d'indemnités", explique Christiane Giovannini, la présidente des Restos du Coeur de la Haute-Garonne. "Beaucoup d'étudiants aussi qui, privés de leurs petits boulots, avaient à peine de quoi manger. Cet argent leur manque. Et puis, des familles avec enfants : avec la fermeture des écoles et donc des cantines, elles ont eu du mal à assurer deux repas par jour. Enfin, beaucoup d'auto-entrepreneurs qui se sont retrouvés sans rien, du jour au lendemain". 

Une situation préoccupante pour Christiane Giovannini, d'autant plus qu'elle s'installe dans le temps.

On craint que ça n'empire encore dans les mois à venir, avec tous les licenciements qui sont annoncés.

Christiane Giovannini, présidente des Restos du Coeur 31

La question des bénévoles

Le département de la Haute-Garonne compte 35 centres des Restos du Coeur. Et pour les gérer, 1 368 bénévoles et huit salariés. Cela peut paraître beaucoup, sur le papier, dans la réalité, ce n'est pas suffisant. Christiane Giovannini lance d'ailleurs un appel aux bonnes volontés. "Le nombre de bénévoles est très fluctuant. Beaucoup d'entre eux ont plus de 65 ans et ont dû se mettre en retrait pendant le confinement. Actuellement, l'épidémie repart et nous craignons à nouveau de les "perdre". De plus, pour respecter les mesures sanitaires comme la distanciation et les gestes barrière, on a dû créer des équipes qui ne se croisent pas".

Toutes ces contraintes ont alourdi la charge de travail pour les bénévoles.

Christiane Giovannini

Des postes-clés

En plus de bénévoles pour les distributions, les Restos du Coeur ont besoin de profils bien spécifiques : un trésorier, en premier lieu, manque à l'appel. Or, la fonction est essentielle, les budgets sont conséquents, compétences et expérience sont indispensables.
L'association est également à la recherche d'un nouveau "référent hygiène", là aussi un poste-clé qui demande certaines compétences dans le domaine médical.
Ces deux "postes" sont à pourvoir depuis plusieurs mois : ils demandent de la disponibilité, deux jours par semaine, d'où la difficulté de trouver les bons candidats.
© Thierry Thorel/MaxPPP

Retrouver de la convivialité

Durant le confinement, les centres des Restos du Coeur sont restés fermés au public. La distribution des colis alimentaires a dû se faire via des drive, à l'extérieur des bâtiments. "Or, les Restos du Coeur, ce n'est pas seulement de la distribution, c'est aussi de l'écoute, du partage et les bénéficiaires ont parfois mal vécu le fait de se retrouver à la porte", explique Christiane Giovannini. "Pour retrouver cet esprit, on a rouvert les centres qui nous semblaient adaptés, c'est-à-dire disposant de deux accès, pour réserver une porte aux entrées, la seconde aux sorties, pour éviter ainsi que les gens ne se croisent. On s'adapte en fonction des centres et du nombre de bénéficiaires".

La crise sanitaire a contraint les Restos du Coeur à s'adapter sans cesse, en effet. Elle a aussi révélé qu'outre les besoins en alimentation, l'aide à la personne était une nécessité pour beaucoup. Une tendance qui ne devrait pas disparaître de sitôt...
 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société coronavirus/covid-19 santé