Toulouse : une nuit des écoles pour les enfants à la rue

Bidonville à ciel ouvert à Saint-Cyprien en 2018. / © MAXPPP/ F. Charmeux
Bidonville à ciel ouvert à Saint-Cyprien en 2018. / © MAXPPP/ F. Charmeux

Ce 3 décembre, un collectif de parents a prévu d'organiser une nuit des écoles dès 20h00 à l'école Calas-Dupont pour alerter sur la situation d'élèves qui dorment dans des squats ou à la rue à Toulouse. 

Par Stéphanie Bousquet

Ce mardi, un collectif de parents d'élèves, le DAL 31, la FCPE, le réseau éducation sans frontière (RESF) et la Ligue des Droits de l'homme organisent une Nuit des écoles. Dès 20h00, ils se réuniront à l'école Calas-Dupont dans le quartier Saint-Michel à Toulouse. Objectif : alerter sur la situation de certains élèves issus de familles de demandeurs d'asiles ou de réfugiés. Ils discuteront aussi des actions à mener pour aider ces enfants qui sont à la rue ou mal logés à Toulouse.

Au moins 200 enfants concernés

L'association Droit au Logement a comptabilisé 200 enfants scolarisés à Toulouse qui dormiraient tous les soirs dans des conditions précaires.
Mais ce chiffre serait beaucoup plus élevé selon Médecins du Monde. Selon cette association, plus de 300 enfants vivraient en ce début d'hiver 2019 dans des squats, des hôtels insalubres, des bidonvilles ou encore des campements... Une situation particulière à Toulouse où beaucoup de familles vivent à la rue, toujours selon Médecins du Monde.
Et des logements et des situations qui ne permettent pas de mener à bien une scolarité correcte. 

Alerter les pouvoirs publics 

Cette nouvelle Nuit des Ecoles se déroule dans le cadre de la campagne "Un toit pour apprendre" lancée par le DAL il y a plus d'un an. L'objectif est d'alerter les pouvoirs publics sur ces situations compliquées qui perdurent et s'aggravent. 

Les familles de ces enfants sont toutes dans des démarches juridiques légales pour obtenir des papiers et faire reconnaître leur droit à un hébergement stable et acceptable.

Or selon les associations, l'Etat ne respecte pas ses engagements et n'a toujours pas débloqué de moyens supplémentaires pour cet hiver. Mardi soir, collectif de parents d'élèves et associations comptent une nouvelle fois tirer la sonnette d'alarme en occupant pour la soirée l'école Calas-Dupont. 

Sur le même sujet

Les + Lus