Toulouse : on vous dit tout sur la chasse aux moustiques prévue ce mardi soir à Blagnac

Aux alentours de 23h, un traitement va se dérouler contre les moustiques autour de l'église Saint-Pierre à Blagnac (Haute-Garonne). C'est l'Agence Régionale de Santé d'Occitanie qui a sollicité cette intervention après la découverte d'un cas de dengue. On vous explique le pourquoi de cette opération, comment elle se déroule et combien ça coûte.

Une opération pas comme les autres a lieu vers 23 heures, ce mardi 6 septembre au soir, au cœur de Blagnac, dans un rayon de 150 mètres autour de l'église Saint-Pierre, à deux pas de la mairie.

Des agents de la société Altopictus vont effectuer une démoustication à titre de prévention  après la découverte d'un cas de dengue le 2 septembre, quelques jours après un autre cas, autochtone celui-là, relevé en Haute-Garonne.

Cette opération de démoustication exceptionnelle a été réclamée par l'Agence Régionale de Santé (ARS), seul organe décisionnaire dans ce genre de situation. "Dès qu’un cas de maladie transmise par l’insecte est constaté –notamment par un médecin généraliste- l’Agence Régionale de Santé d’Occitanie active le protocole", affirme Jean-Sébastien Dehecq ingénieur sanitaire de l’ARS.

Car c'est bien pour des raisons sanitaires que cette intervention a lieu et non pas pour éradiquer tous les moustiques comme l'imaginaient certains habitants. Ils ont été prévenus avant cette intervention ainsi que certaines associations d'apiculteurs et de pêcheurs.

Pas dangereux pour l'homme, mais pour la biodiversité

"Ce n'est pas une opération anodine. Elle est menée pour contrer la dengue qui peut devenir grave" prévient Camille Mayzoue, adjointe à la mairie de Blagnac en charge de l'environnement. Elle l'affirme : "pulvériser ce genre de produit, ce n'est pas dangereux pour l'homme, mais ça l'est pour la biodiversité". C'est pour cette raison que la zone de répandage est ciblée, afin d'éviter le plus possible de toucher la faune et la flore aux alentours comme le montre cette étude préalable. 

Un seul insecticide est autorisé en France pour lutter contre le moustique : la Deltaméthrine. "Ce traitement ne représente aucun danger pour l'homme et les animaux à sang chaud, précise Jean-Sébastien Dehecq de l'ARS d'Occitanie. Par contre, il est toxique pour la faune aquatique. D'où la concertation avec les pêcheurs. Nous ne pouvons pas traiter à côté des zones humides, ni à moins de 25 mètres d'un point d'eau."

Comment se passe la démoustication ?

Pour le cas de Blagnac, le signalement a été fait le vendredi 2 septembre 2022. Une étude est immédiatement lancée afin de retracer le parcours de la personne infectée. Il faut repérer les accès aux résidences, aux habitations, les lieux qui peuvent poser problème.

Lundi, les populations concernées ont reçu une explication dans leur boîte aux lettres. On les informe du jour et du moment de l'intervention, des nuisances sonores engendrées et des précautions à prendre : ne pas étendre le linge, rentrer les animaux domestiques, ne pas laisser les fenêtres ouvertes ou encore rincer les légumes et le mobilier extérieur après l'opération. 

A Blagnac, cette opération interviendra de nuit, quand tous les commerces seront fermés, certainement après minuit. Elle devrait durer entre 1/4 d'heure et une 1/2 heure.

Elle se déroulera en 2 étapes. "Il s'agit d'abord d'une pulvérisation à pied autour du lieu en question pour intervenir au plus proche", précise Jean-Sébastien Dehecq. Le même produit à base d'un pyréthrinoïde est aussi administré à partir d'un véhicule de type pick-up avec un gros pulvérisateur. C'est un peu bruyant mais ça permet de faire un gros nuage de produit qui va ensuite se diffuser et se disperser dans l'atmosphère. L'opération est menée de nuit, il faut attendre au moins 30 minutes avant de pénétrer dans la zone."

Coût de l'opération selon l'ARS Occitanie : 1 000€ si la contamination concerne une seule personne. On peut monter jusqu'à 25 000€ s'il y en a 25 comme c'est arrivé dans les Hautes-Pyrénées. C'est donc gratuit pour les collectivités locales.

"On se fait bouffer de partout !"

La mairie a communiqué sur ses réseaux sociaux et des agents municipaux sont intervenus auprès des restaurateurs pour qu'ils débarrassent leur terrasse ce soir et qu'ils nettoient le lendemain matin. 

Il n'empêche, les moustiques rôdent toujours à certains endroits : "on se fait bouffer de partout !" peste Charles, habitant le boulevard Jean Rivet, perpendiculaire au parvis de l'église. Alors même si cette opération n'est pas vouée à éradiquer ces bestioles, Charles a employé la manière forte : il s'est doté d'une lampe anti-moustiques. "Ces bêtes sont là du matin au soir, j'étais obligé de m'équiper" ajoute-t-il.

Un peu plus loin, on retrouve Marco. "Je ne vais pas dormir ici ce soir. On n'a pas vraiment peur du produit, mais dormir avec la fenêtre fermée avec cette chaleur... Je préfère partir dans l'Ariège et je reviendrai demain."  Son chat ne sera pas du voyage mais il restera enfermé dans la maison.

Sa voisine Brigitte est aussi d'accord avec cette mesure de prévention. "Dans la rue il n'y a pas beaucoup de moustiques mais j'ai une maison un peu plus loin et tout le monde se fait attaquer. Mais vous savez, j'ai vécu longtemps dans les Dom-Tom et je sais ce que c'est que la dengue. Ici c'est quand même plus tranquille !"

Mettre son grain de sel

Cette année, le département de la Haute-Garonne est celui où il y a eu le plus d’opérations de démoustication en Occitanie. Entre 110 et 120 opérations de la sorte ont lieu tous les ans dans la région, dont le tiers en Haute-Garonne. 

Elles ne permettent pas d'éradiquer les piqûres de moustique mais d'éviter la propagation de la maladie. L'insecte pond dans l'eau et il faudrait donc traiter les points d'eau pour réduire ces nuisances. 

Si vous voulez éviter le calvaire des démangeaisons, il ne faut pas laisser de récipients remplis d'eau après un orage, pas d'eau stagnante. Petites astuces : on peut éviter que les larves se transforment en moustiques dans les bassins et les zones humides en mettant une pincée de gros sel ou en répandant une cuillère à café d'huile. 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité