Toulouse : des paniers suspendus pour aider ceux qui ont du mal à remplir leur assiette

C'est une initiative de l'association la maison des citoyens. Des paniers suspendus ont été installés dans plusieurs rues à Toulouse. L'objectif : une entraide alimentaire entre voisins. La crise liée au Covid a placé de plus de monde dans une situation difficile.

Un "panier suspendu" installé place Esquirol à Toulouse. Tout le monde peut y déposer des aliments ou se servir.
Un "panier suspendu" installé place Esquirol à Toulouse. Tout le monde peut y déposer des aliments ou se servir. © N.Fournis/FTV

Elena vient régulièrement regarder ce qu'il y a dans le panier suspendu du quartier des Minimes à Toulouse. Cette mère de famille a besoin d'aide. Aujourd'hui, elle a pris la soupe, les yaourts et un gratin savoyard. Ces aliments ont été déposés par des habitants.

"Le principe, explique Nadia Burgade, la coordinatrice de projet à la maison des citoyens, c'est une entraide, une chaîne solidaire."

Les paniers (en réalité ce sont des sortes de cagettes), placés directement dans la rue, sont accessibles à tous.

"Tout le monde peut se servir et tout le monde peut le remplir. Avec le coronavirus, souligne la jeune femme, il y a de plus de plus de gens démunis avec des profils très différents : des SDF, des migrants, des familles, des étudiants, des intermittents. Ils n'ont pas de quoi manger. Donc ces paniers permettent à tout le monde de pouvoir prendre une denrée pour se réchauffer le corps."

Pour l'association la maison des citoyens, il s'agit aussi de démocratiser la solidarité.

Que les gens ne se sentent pas mal à l'aide quand ils viennent récupérer quelque chose et que les gens apprennent à donner. Chacun peut aider son voisin.

Nadia Burgade, coordinatrice de projets à la maison des citoyens

Ce vendredi, 4 nouveaux paniers suspendus ont été installés dans la rue à Toulouse, dans le quartier Esquirol, à Saint Cyprien, Rue Bayard et à Saint Aubin. Alors, ouvrez l'oeil et servez vous ou donnez si vous pouvez.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société crise économique économie covid-19 santé