Toulouse : tensions dans le quartier de la Reynerie, le maire souhaite plus d'investissement de la part de la police

Plusieurs voitures ont brûlées ce lundi matin, au pied des barres d'immeubles du quartier de la Reynerie à Toulouse. / © Frédéric Fraisse / FTV
Plusieurs voitures ont brûlées ce lundi matin, au pied des barres d'immeubles du quartier de la Reynerie à Toulouse. / © Frédéric Fraisse / FTV

Des tensions ont été consatées ces derniers jours dans le quartier de la Reynerie à Toulouse. Ce lundi matin, des voitures ont été brûlées dans le quartier. Pour le maire de ville la police doit s'investir davantage en cette période de confinement. 

Par Serge Djian

8h00 heure ce lundi matin, quartier de la Reynerie à Toulouse, une voiture est en flamme. Le feu se propage à six autres, sur le parking, au pied des immeubles. Les pompiers interviennent, ils maîtrisent l’incendie.
 
© Fréderic Fraisse / FTV
© Fréderic Fraisse / FTV


D’autres incidents, se sont produits dans ce même quartier de Toulouse trois jours plus tôt.
 
© Frédéric Fraisse / FTV
© Frédéric Fraisse / FTV

La nuit du 2 au 3 avril, une patrouille de police est prise à partie, à la Reynerie. Au moment de contrôler une dizaine de personnes, à l’extérieur en plein confinement, les policiers deviennent la cible de projectiles. L’usage de grenades de désencerclement leur permet de se sortir d’une situation délicate

Des policiers à flux tendus


Vendredi dernier, lors d’une visioconférence  Jean -Luc Moudenc, Maire de Toulouse, avait souligné l’effet positif du confinement sur la délinquance. Une baisse évaluée par la police à moins 30%. 
Le maire avait cependant demandé à la Police, de "s’investir davantage" suite à plusieurs incidents dans le quartier de la Reynerie. David Leyraud, secrétaire régional adjoint pour l’Occitanie du syndicat Alliance Police, alerte sur la difficulté de mener les missions : 

Les effectifs sont là, ils sont à flux tendus. Nos collègues sont sur le terrain, prennent des risques tous les jours, dans la rues ou lors d’interventions chez les personnes. Les policiers ont des difficultés pour faire appliquer le confinement. Ils sont confrontés à des refus, des rebellions, des crachats et parfois à des violences urbaines. Monsieur le maire ne doit pas confondre, une baisse globale de la délinquance avec une baisse de l’activité car au contraire, les policiers sont suremployés aujourd’hui

Le maire de Toulouse nous explique pourquoi un couvre feu n’est pas nécessaire, pour le moment.
 

Le couvre feu concerne la soirée. Or les problèmes que je dénonce et que les Toulousains voient, se produisent en journée. Je demande à la police nationale de s’investir d’avantage, plutôt qu’un couvre feu qui n’apporterait qu’une partie de la réponse nécessaire. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus