Un “bar à chat” à Toulouse pour combattre le stress : késako ?

Les "bars à chats" font des petits un peu partout en France. La tendance arrive enfin à Toulouse, avec l'ouverture depuis hier, jeudi 12 mai, de Chapristea, un salon de thé regoupant 9 chats... à caresser ou à adopter. 

Par Anissa Harraou

Connaissez-vous la ronronthérapie ? Pourtant l'idée est simple : le ronronnement des chats pourrait nous aider, notamment, à apaiser notre stress. 

Depuis hier, jeudi 13 mai à Toulouse, est ouvert un salon de thé très particulier, entre Esquirol et la place du Capitole. Il s'agit en fait d'un "bar à chat" nommé Chapristea. Vous pourrez peut-être boire un thé ou un café avec un félin ronronnant sur les genoux. C'est en tous cas ce que souhaite le jeune couple à l'origine de ce projet, Charlotte et Jean-Baptiste.


Mais d'où sort ce concept ? 

"Néko" comme "chat" en japonais. C'est de là-bas que vient ce phénomène, de plus en plus prisé au Japon, notamment dans les grandes villes comme Tokyo et Osaka. De petits appartements ou des réglementations compliquées rendent difficiles d'avoir un chat en chez soi. Alors pour se relaxer et bénéficier des bienfaits que nous procure une caresse à ces matous, des "Café chat" ont ouvert par dizaines depuis quelques années au Japon.


D'accord, mais à quoi ça sert ? 

La tendance s'exporte en France, comme à Nice, Lille , Paris...Et à Toulouse donc. Le "bar à chat" Chapristea, c'est surtout un lieu de bien-être, où retrouver la "ronronthérapie". Késako ? Un principe selon lequel le ronronnement du chat apaiserait les humains... Et donc les clients, qui viendraient dans ce bar pour combattre le stress, ou tout simplement, se détendre au contact des félins.


Comment ça marche ? 

Il suffit de venir prendre un café pour pouvoir carresser les chats. Néanmoins, quelques règles sont à respecter pour ne pas pertuber le bien-être du chat. Car ce n'est pas le client qui est roi... Mais bel et bien le félin. 
  • Ne jamais contraindre le chat 
  • Ne jamais le deranger pendant sa sieste
  • ne pas les porter d'un endroit à un autre dans le salon
Les 9 chats du salon, proviennent de l'association l'École des chats libres de Toulouse, qui met en relation les chats en attente d'adoption et de potentiels futurs propriétaires. Bien sûr, les clients pourront demander à adopter un chat avec lequel "le feeling" est passé. 


Et l'hygiène dans tout ça ? 

Evidemment, tous les chats présents à Chapristea, comme dans tous les autres bar à chats de France, sont vaccinés et tatoués. 
De plus, tous les établissements de ce type sont soumis à des normes d'hygiène extrêmement rigoureuses : Ils doivent par ailleurs laisser leurs affaires et se laver les mains à l'entrée du bar.



Sur le même sujet

Les + Lus