Un recours déposé devant le Conseil d'Etat contre la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac

© MaxPPP
© MaxPPP

L'avocat Christophe Lèguevaques va déposer un recours devant le Conseil d'Etat pour empêcher la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Un collectif de riverains a décidé de s'associer à sa démarche.

Par Laurence Boffet

Il se refuse pour l'instant à préciser qui sont ses clients. L'avocat Christophe Lèguevaques confirme en revanche qu'il va déposer vendredi un recours devant le Conseil d'Etat pour empêcher la privatisation de l'aéroport de Toulouse- Blagnac.

"Nous déposons un recours pour excès de pouvoir, on considère que la procédure n’a pas été respectée", indique l’avocat qui précise qu’il attaque ce dossier pour deux motifs :
  • la non consultation des riverains et des salariés de l’aéroport.
  • un manquement à des règles administratives.
Ce recours vise à faire annuler purement et simplement la procédure de vente des actions de l'Etat à un consortium sino-canadien. Dans le même temps, Christophe Lèguevaques  va déposer un référé-suspension, toujours devant le Conseil d'Etat. Il aurait pour effet d'éviter la vente des actions de l'Etat, en attendant que l'affaire soit jugée sur le fond. 

Le Collectif contre les nuisances sonores de l'agglomération toulousaine (CCNAAT) a décidé de s'associer à ce recours, tout comme Jean-Louis Chauzy, le président du Conseil économique et social, farouche opposant à la privatisation de l'aéroport.

Le gouvernement a décidé de céder ses parts de l'aéroport de Toulouse-Blagnac (49,9% du capital) pour renflouer les caisses de l'Etat. C'est le consortium Symbiose, qui a été choisi début décembre. Cette vente devrait rapporter un peu plus de 300 millions d'euros mais suscite la polémique, beaucoup voyant d'un mauvais oeil cette privatisation et l'entrée de Chinois au capital de l'aéroport de Blagnac. 

Sur le même sujet

Au lycée de Lattes, Jacques Chirac entre dans l'Histoire

Les + Lus