VIDEOS. Europa League : des supporters du Benfica s'attaquent violemment à des fans du TFC réfugiés dans un bar

Des heurts ont éclaté en centre-ville de Toulouse (Haute-Garonne), jeudi 22 février 2024, à quelques heures du coup d'envoi du match d'Europa League entre le TFC et le Benfica. Des supporters portugais ont attaqué un bar dans lequel s'étaient réfugiés des fans toulousains.

Les chaises lancées sur la devanture du bar volent dans les airs. Une vingtaine d'individus habillés tout en noir crient en anglais " Allez ! Sortez !".

La vitrine du pub est saccagée. Des heurts ont éclaté, jeudi 22 février 2024 dans l'après-midi, quartier Saint-Michel de Toulouse (Haute-Garonne) à quelques heures du coup d'envoi des 16es de finale retour de Ligue Europa, entre le Toulouse FC et le Benfica Lisbonne.

"Les supporters du Benfica qui nous caillassent un bar sans aucune raison précise alors que tout le monde était à l’intérieur à cause de la pluie.. merci Lisbonne " partage un fan toulousain sur le réseau X (anciennement Twitter).  

Les circonstances précises de l'incident restent encore à éclaircir mais témoignent de l'ambiance tendue de cette rencontre, après le match aller.

Plus de 3 250 Toulousains avaient fait le voyage jusqu'à Lisbonne pour encourager leur équipe. Et si leur comportement a été exemplaire, comme à Liverpool en novembre dernier, cela n'est, semble-t-il, pas le cas des équipes chargées des fouilles à l'entrée du stade au Portugal. Les Toulousains, fouillés à l'entrée du stade de Lisbonne, évoquent des "attouchements". "On a été palpé de partout", selon certains, "on m'a passé la main entre les fesses", des gestes qui n'étaient "pas loin de la pénétration digitale". D'autres "se sont sentis agressés sexuellement". Des hommes, des femmes, et même des mineurs.

A lire : Football : Affaire des supporters sous le choc d'attouchements lors de fouilles avant le match, le club encourage les victimes à porter plainte

Le club de football toulousain a déjà adressé un courrier officiel à Aleksander Ceferin, le président de l'UEFA, et à Nasser Al-Khelaïfi, président de l'ECA, pour exprimer son indignation profonde et rapporter les violences subies par les supporters du TFC.