• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Violences aux Izards à Toulouse : deux informations judiciaires ouvertes

Le 4 décembre 2013, deux hommes à scooter ouvrent le feu plusieurs fois sur deux commerces dans le quartier des Izards à Toulouse / © MaxPPP
Le 4 décembre 2013, deux hommes à scooter ouvrent le feu plusieurs fois sur deux commerces dans le quartier des Izards à Toulouse / © MaxPPP

Le parquet de Toulouse a ouvert deux informations judiciaires pour meurtre et tentatives de meurtre après la série de fusillades, dont l'une mortelle, survenue ces derniers jours dans le quartier sensible des Izards à Toulouse.

Par VH avec AFP

Trois attaques par arme à feu dans le quartier depuis le 4 décembre.

  • Le 4 décembre, deux hommes à scooter avaient tiré une rafale, avec une arme de type Kalachnikov sur les devantures de deux commerces
  • Le 5 décembre, un cycliste avait été la cible d'un tir, sans être touché, alors qu'il prenait la fuite après avoir été percuté par une voiture.
  • Dans la nuit de dimanche à lundi, un ou plusieurs tireurs avaient fait usage d'une arme similaire à celle du 4 décembre contre un immeuble situé en plein coeur des Izards. Nabil Benani, atteint à l'abdomen, a succombé deux jours plus tard à ses blessures. Un autre jeune homme de 18 ans avait été blessé à la main.

Ouverture de deux informations judiciaires

La première information judiciaire porte sur les derniers faits. Elle a été ouverte des chefs de "meurtre en bande organisée et tentatives de meurtre en bande organisée" a déclaré le procureur de la République de Toulouse, Michel Valet.

La seconde information judiciaire concerne ces deux derniers "épisodes", a précisé le procureur, sans vouloir préciser les raisons qui conduisent la justice à lier les deux attaques dans une même procédure. Elle est ouverte pour "tentative de meurtre en bande organisée",

Plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse, les Izards, quartier où les immeubles de quelques étages côtoient de petites maisons, sont classés en Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP).  Depuis la création de la ZSP, les policiers y mènent la vie dure aux dealers en même temps qu'est entreprise une action de rénovation urbaine et sociale.

Sur le même sujet

Sète et les Morello : une histoire de famille

Les + Lus