Un an après le casse de Bessières, les malfaiteurs courent toujours

Les gendarmes à Bessières après la découverte du casse / © MaxPPP
Les gendarmes à Bessières après la découverte du casse / © MaxPPP

Mi-mars 2014, l'agence Crédit Agricole de Bessières est cambriolée pendant sa fermeture du week-end par un tunnel creusé à partir des égouts de la ville. 107 coffres dévalisés, des braqueurs toujours en cavale, retour sur un casse qui garde une grande part de mystère.

Par Véronique Haudebourg

Tout commence par une panne de téléphone géante dans le secteur de Bessières et Villemur-sur-Tarn. Le 16 mars 2014, deux centraux téléphoniques sont détruits, privant des milliers d'abonnés de téléphone et d'ADSL. Les installations ont été saccagées par un incendie volontaire. Sur place, les gendarmes trouvent des inscriptions taggées, se réclamant du CRAV, le Comité régional d'action viticole. Ce groupe occitan radical de producteurs de vin a déjà revendiqué toute une série de  dégradations, incendies volontaires ou attentats à la bombe. Les enquêteurs sont pour le moins circonspects.
Le central téléphonique de Bessières, détruit parun incendie. / © Christian Bestard / France 3 Midi-Pyrénées
Le central téléphonique de Bessières, détruit parun incendie. / © Christian Bestard / France 3 Midi-Pyrénées
Le 18 mars, les employés de l'agence Crédit Agricole de Bessières découvrent que la salle des coffres de leur établissement a été dévalisée. 107 coffres ont été forcés. Le butin pourrait s'élever à plus de 2,5 millions d'euros. Les braqueurs ont pénétré dans la banque via les égouts et un tunnel de 30 mètres, soigneusement étayé.
Des enquêteurs devant une bouche d'égout à quelques mètres de l'agence bancaire / © Max PPP
Des enquêteurs devant une bouche d'égout à quelques mètres de l'agence bancaire / © Max PPP
Un lien entre la panne de téléphone et le casse de Bessières ? La coïncidence est si troublante qu'il est difficile de ne pas y croire. En tout cas, cela n'a pu que servir les malfaiteurs dont les méthodes rappellent le casse du siècle de la société générale de Nice perpétré par Spaggiari et ses complices en 1976.
© MaxPPP
© MaxPPP
Un mois après les faits, l'agence du Crédit agricole de Bessières rouvre ses portes. Trois mois après le braquage, le tunnel est détruit. Depuis, les rumeurs, le mystère perdure autour du casse de Bessières dont les auteurs courent toujours. Les rumeurs circulent, les plaisanteries aussi. Mais le braquage fascine, c'est certain. Un long métrage va même être tourné autour de cette histoire.

Un an plus tard, une cellule d'enquête de la gendarmerie travaille toujours sur le dossier.
il y a un an, le casse de Bessières




A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus