Cet article date de plus de 5 ans

Boulot, hélico et dodo dans les Pyrénées

Pour le compte d'EDF, des ouvriers vivent sur le chantier de rénovation du canal de l'Ardiden, à 1.800 m d'altitude. Ils travaillent 10 heures par jour et dorment dans des abris de chantier. Une cuisinière leur prépare les repas.

Des échafaudages supportent la base-vie
Des échafaudages supportent la base-vie
Le canal de l'Ardiden court sur 2 km et capte l'eau de torrents dévalant du pic de Bastampe (2.936 m) pour la conduire dans des conduites forcées jusqu'à l'usine hydro-électrique de Pragnères. Le canal bénéficie d'une rénovation complète. Une douzaine d'ouvriers change des vannes et surtout refait l'extérieur de l'ouvrage, soumis à l'usure du temps - la construction remonte aux années 50 - et aux contraintes de l'hiver. La rénovation s'élève à 1,5 millions d'euros. Cet été, EDF a  réalisé une trentaine de chantiers sur l'usine hydro-électrique de Pragnères et les ouvrages annexes (barrages, galeries) utilisés pour la production d'énergie. Montant des travaux : 10 millions d'euros.
La canal capte l'eau des torrents de montagne
La canal capte l'eau des torrents de montagne

Des centaines de rotations d'hélico


Pour réaliser ces travaux et transporter des dizaines de m3 de béton, près de 1.800 rotations d'hélicoptères sont nécessaires. L'entreprise Fabre Fourtine Travaux, installée à Sassis à côté de Luz Saint Sauveur, spécialisée dans les travaux en montagne a remporté l'appel d'offres. Aucune route d'accès ne conduit au canal, les ouvriers montent en début de semaine sur le site, travaillent et dorment dans une base-vie : un assemblage de cabanes de chantier littéralement posées au-dessus du canal. Une cuisinière prépare les repas et s'occupe du ravitaillement.
durée de la vidéo: 01 min 56
Une base-vie composée de cabanes de chantier

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne économie pyrénées sorties et loisirs