Cet article date de plus de 3 ans

A Lourdes, le club de foot a intégré une dizaine de réfugiés afghans

C'est une belle initiative : le Football Club Lourdais XI vient d'intégrer dans ses effectifs plusieurs joueurs afghans accueillis par le CADA de la ville. On vous raconte l'histoire.
Plusieurs des joueurs afghans avec leurs entraîneurs
Plusieurs des joueurs afghans avec leurs entraîneurs © FC Lourdais XI
"Je suis fils d'émigrés espagnols et j'ai vécu ces moments difficiles étant enfant". Pour Louis Carreno, président du Football Club Lourdais XI, le geste est naturel : récemment, voyant avec un éducateur des hommes taper dans la balle sur un terrain, près de là où s'entraînent les équipes du club, il a fait la démarche d'aller parler avec eux. Il s'agissait de réfugiés, de nationalité afghane, pris en charge par le Centre d'Accueil pour Demandeurs d'Asile (CADA) de Lourdes.

"Je suis allé vers eux avec l'entraîneur de l'équipe 4, raconte Louis Carreno, mais nous ne savions même pas que le CADA existait. Ce qui nous intéressait, c'est le rôle social du sport. Aujourd'hui, ils sont heureux et tellement enthousiastes que nos joueurs s'arrêtent parfois pour les regarder s'entraîner !"

Depuis le club leur a offert leurs licences, a collecté des équipements et même organisé une "bourse aux crampons" pour que les nouveaux joueurs puissent s'entraîner et jouer dans les meilleures conditions. Deux jours ont déjà porté le maillots du club lors de rencontres. Les autres sont impatients de jouer. 
Le CADA de Lourdes
Le CADA de Lourdes © Google

Du côté du CADA, géré à Lourdes par l'association France Terre d'Asile, on trouve l'initiative "fantastique". "Nous n'avons été mis au courant de cette initiative une fois qu'elle été déjà lancée, raconte Sara Poimboeuf, la directrice du centre. Et c'est cela qui est très intéressant. Les réfugiés jouaient au foot dans le quartier où ils vivent. C'est comme cela qu'ils ont été au contact du club et nous n'avons rien eu à faire : l'intégration s'est faite natuellement, c'est réellement fantastique"

La plupart des Afghans qui jouent désormais sous le maillot du FC Lourdais XI ont maintenant obtenu le statut de réfugiés qui leur a permis de quitter le CADA et de bénéficier d'un logement. Ils peuvent désormais travailler et venir s'entraîner au club chaque soir. 

"Le sport fait partie de nos actions d'intégration des réfugiés dans la ville de Lourdes, explique Sara Poimboeuf. Un terrain de sport est mis à notre disposition chaque vendredi par la ville. Il y a aussi des rencontres avec d'autres clubs et les réfugiés participent aussi à des courses à pied, comme dernièrement au profit de la lutte contre le cancer. Cela leur permet de rencontrer des Lourdais. Notre objectif c'est de changer le regard que les Lourdais portent sur les migrants, notamment suite aux attentats"

Ce groupe de jeunes afghans a même pris d'autres initiatives comme le nettoyage des berges du lac de Lourdes. De nombreuses opérations sont organisées. Le CADA a organisé un rallye photo-citoyenneté dans les rues de la ville avec des groupes mixtes constitués avec des jeunes Lourdais. Les réfugiés ont aussi participé au festival de Gavarnie l'été dernier. A un festival musical le 20 juin, journée internationale du réfugié.

Et lorsqu'un vide-dressing solidaire a été organisé pour venir en aide aux migrants, ces derniers ont choisi de remettre aux bénéficiaires des Restos du Coeur les vêtements neufs qui avaient été donnés par un grand magasin. "Ils sont volontaires pour s'intégrer, poursuit Sara Poimboeuf. La précarité n'a pas de nationalité". 

Et pour s'intégrer, changer cette image, quoi de mieux que le sport en général, le football en particulier ? "Moi j'encourage les autres clubs, les associations sportives a en faire autant, assène Louis Carreno. Nous apportons du réconfort". Il faut dire aussi que le club de Lourdes est très engagé : actions avec la fédération française de sport adapté pour accueillir des adultes handicapés, partenariat avec des centres médico-éducatifs pour l'intégration d'adolescents en grande difficulté. 

A Lourdes, cette action fait figure de modèle. Elle n'est évidemment par reproductible partout. Mais ce n'est que par des petites actions locales, comme celle-ci, que passe l'intégration des réfugiés. Au contact de la population. A Lourdes, l'un des joueurs afghans est cuisinier de profession. Le club prévoit d'organiser, début 2018, un repas afghan, avec tous les membres du club. 
Qu'est-ce que le CADA de Lourdes ?
Le Centre d'accueil pour les demandeurs d'asile (CADA) de Lourdes a été créé le 1er janvier 2016, après un appel à projet lancé par l'Etat dans le cadre du dispositif national d'accueil des migrants, mis en place pour respecter les engagements internationaux de la France dans ce domaine. 
C'est France Terre d'Asile qui le gère.
Le CADA de Lourdes a une capacité d'accueil de 90 places. Il emploie 7 personnes et compte une trentaine de bénévoles. 
Son rôle est d'accompagner, d'accueillir et d'héberger les demandeurs d'asile arrivés en France et qui demandent à faire reconnaître leur statut de réfugiés en fonction des menaces qui pèsent sur eux dans leur pays d'origine.
Tout au long de ce parcours, l'association mène des actions d'intégration notamment autour des valeurs de la République française, de la laïcité et proposent des cours de langue pour l'apprentissage du français. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société migrants immigration football sport