Replay. "Ô la belle vie". Lourdes : au coeur de la cité mariale

"Ô la belle vie" s'installe au coeur de la cité mariale des Hautes-Pyrénées. Mondialement connue pour ses pèlerinages, Lourdes attire chaque année 3.5 millions de visiteurs de 140 nationalités différentes.

Revoir l'émission

« Ô la belle vie » nous emmène à Lourdes dans les Hautes-Pyrénées. Une ville où en 1858, une jeune fille de 14 ans, Bernadette Soubirous, fille de meunier, déclare être témoin de l’apparition de la Vierge. La jeune adolescente affirme que ces apparitions se produisent dans la grotte de Massabielle près de la rivière, où elle découvre une source aux eaux réputées miraculeuses. Bernadette devient la porteuse du miracle de Lourdes. L'engouement est tel, que des milliers de personnes se pressent pour se rendre dans la cité mariale. Depuis ce temps et chaque année, des millions de pèlerins venus du monde entier, séjournent dans la ville pyrénéenne, avec l'espoir de guérir, ou de voir guérir leurs proches, de leurs souffrances physiques ou morales. Lourdes devient, après Paris, la deuxième ville la plus fréquentée de France.

Encore aujourd’hui dans la ville, la vie s’organise autour du sanctuaire. Sophie rencontre des habitants qui partagent un engouement fort et très particulier à cette cité atypique. Comme Marie Gabrielle, dite Zouzou, gérante d’un magasin de souvenirs et d’objets de piété ou encore, Fabienne, dont la famille exerce depuis des décennies, un métier un peu particulier.

La saga Viron et la photographie de pèlerins

La famille Viron est photographe depuis des décennies. L’histoire commence au XIXème siècle, en pleine période napoléonienne. A cette époque, Philippe, un des aïeux de Fabienne, est sergent. A 26 ans, il devient le  « bodyguard » de Bernadette. Multitâche, artiste, il dessine, peint, coiffe, empaille, bref, il tombe un jour sur un traité de photographie et là, c’est le coup de foudre. Il devient maître en photographie et demande à l’évêché, en 1866, la permission de photographier l’adolescente, juste avant son départ pour le couvent de Nevers. Permission qu’il obtient. Ce sera le premier cliché, unique, de la jeune fille.

En 1872, Philippe devient le photographe attitré de l’évêché et du sanctuaire. Il fonde la maison Viron. Un métier transmis de père en fils, jusqu’à la mère de Fabienne.

Marcel, le père, s’est pris aussi de passion pour le métier. Voilà 50 ans qu’il officie dans la ville. Sophie le rejoint dans le laboratoire familial. Un véritable musée où jonchent ici et là, vieux appareils à soufflets, négatifs anciens, clichés d’époque. « C’est un travail qui n’est jamais routinier car il y a le contact avec des gens différents. C’est très intéressant » confie-t-il à Sophie, très ému lorsqu’il évoque ses souvenirs et lorsque son regard s’arrête sur un cliché d’une mère portant son enfant dans les bras.

Feutier, un métier méconnu

Le feutier est celui qui entretient la flamme. Un métier symbolique et indispensable à Lourdes quand on sait que 400 tonnes de cierges sont consommés chaque année dans la ville.

Des cierges de toutes tailles, jusqu’à 70 kilos, et qui peuvent brûler pendant une semaine. Avec le Covid, la commande par internet s’est généralisée. Jean-Marie exerce ce métier méconnu et très atypique. Chargé d’entretenir les chapelles où sont déposés les cierges, son quotidien consiste à nettoyer les socles, rapporter les cierges usagés à la ciergerie et ravitailler les présentoirs. Une ciergerie, où la cire est retraitée et recyclée à 70% pour être réutilisée.

Une ville sportive

Si Lourdes est mondialement connue pour ses pèlerinages, elle est aussi la porte d’entrée des grands sites pyrénéens où les sports de montagne et de loisirs, comme le VTT de descente se sont développés avec le tourisme. Sophie s’entoure de Bruno Letard et Arnaud Laplace, deux lourdais et passionnés de sport qui l’emmènent découvrir le point de vue de la ville, depuis le Pic du Jer. Un lieu où les pistes de VTT sont mondialement connues pour avoir déjà accueillies 3 coupes du monde de la discipline et dont la prochaine aura lieu en 2022.

Ô la belle vie" : Lourdes et ses coulisses.
Emission présentée par Sophie Jovillard. Réalisée par Laurent Desvaux. Une coproduction France 3 Occitanie/Grand Angle Productions.

Diffusion le dimanche 25 octobre 2021, à 12h55

Recevoir France 3 Occitanie

Sur la TNT : chaîne 3

Réception via l’ADSL d'Orange, SFR, Free, Bouygues Télécom, Numéricable et Darty

Votre installation vous permet de recevoir les 24 antennes régionales de France 3, en simultané, au choix selon vos envies.

Voici les canaux, qui différent en fonction de votre opérateur :

Orange SD : 317 et 314
SFR HD : 444 et 447
Free HD : 315 et 318
Bouygues Télécom Bbox : 483 et 486
Numéricable LaBox : 444 et 447
Darty Box : 305 et 310

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
médias économie télévision religion société