• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Pour les commerçants de Lourdes (Hautes-Pyrénées), le plan de circulation n'est pas un miracle

Les commerçants lourdais devant la mairie / © Régis Cothias/France 3 Midi-Pyrénées
Les commerçants lourdais devant la mairie / © Régis Cothias/France 3 Midi-Pyrénées

Coup de colère des commerçants à Lourdes (Hautes-Pyrénées). 250 d'entre eux ont bloqué la ville mardi avant d'envahir la mairie pour protester contre un dispositif de sécurité qu'ils estiment trop contraignant et un plan de circulation contraire à leurs intérêts.

Par RC et VA

Environ 250 commerçants, restaurateurs, hôteliers et autres chauffeurs de taxi ou de bus se sont rassemblés en fin de matinée devant la mairie de Lourdes (Hautes-Pyrénées) qu'ils ont ensuite investie pour réclamer l’abandon du nouveau plan de circulation et des règles de sécurité appliquées depuis la mi-août dans la cité mariale.
Voir en vidéo le reportage de Régis Cothias et de Jean-Yves Bascands :
Coup de colère des commerçants de lourdes contre le plan de circulation
250 commerçants lourdais ont manifesté dans les rues de la ville et investi la mairie pour dénoncer un dispositif de sécurité qu'ils estiment trop contraignant et un plan de circulation contraire à leurs intérêts.

Les professionnels du tourisme contestent en particulier l’impossibilité pour les voitures de circuler à proximité des Sanctuaires entre 11 h 30 et 14 h et le soir entre 18 h et 23 H. Durant ces heures, les clients ne peuvent s’approcher des hôtels dans le périmètre sécurisé pour déposer leurs bagages. A force de tourner ainsi les touristes repartiraient de la ville sans même s’y être arrêté, déplorent les manifestants.

Les dérogations et laisser-passer n’y changent rien, les commerçants réclament le retour au système de l’alternance de la circulation en vigueur depuis des années.

De son côté la maire PRG de la ville, Josette Bourdeu, compte bien maintenir les nouvelles dispositions de sécurité ainsi que le plan de circulation, qui, selon elle, permet de "mieux accueillir les pèlerins".

Sur le même sujet

Béziers : Jacques Rançon avoue le meurtre d'Isabelle Mesnage dans la Somme en 1986

Les + Lus