• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Nouvelles investigations des gendarmes à la mairie de Tarbes

Les gendarmes se sont livrés à diverses investigations / © Régis Cothias France 3
Les gendarmes se sont livrés à diverses investigations / © Régis Cothias France 3

Les gendarmes ont procédé mercredi matin à diverses investigations et interrogatoires à la mairie de Tarbes. C'est l'enquête sur des ventes de biens immobiliers municipaux qui continue.

Par Régis Cothias / Michel Pech

Les gendarmes ont passé toute la matinée dans cette annexe de la mairie, siège de la police municipale mais aussi des services techniques. Les enquêteurs ont, une nouvelle fois, consulté les dossiers et entendu les agents de la ville pour compléter leurs investigations dans le cadre d'une information judicaire contre x pour prise illégale d'intérêt et favoritisme.
Mais une nouvelle fois, les enquêteurs s'interessent aux agents, aux dossiers, fouillent les archives et laissent le maire à l'écart. Lassé ou excédé Gérard Trémège est resté cette fois silencieux.

Rappel des faits
La justice s'intéresse de près à plusieurs ventes de biens immobiliers de la ville de Tarbes à des proches du maire à des tarifs préférentiels. Le site en ligne Médiapart a notamment révélé le 19 février dernier l'ampleur des dossiers suivis par la justice et le détail des opérations immobilières réalisées notamment au profit de la compagne et du fils du maire.

Gérard Trémèges a toujours crié au complot politique dans cette affaire. Il accuse son ancien adversaire socialiste Jean Glavany d'être à la manoeuvre derrière ce grand déballage et affirme que tout à toujours été mené dans la transparence, le conseil municipal votant à l'unanimité ces ventes immobilières. Il a même annoncé vouloir déposer plainte pour diffamation et dénonciation calomnieuse.

Une perquisition avait été menée mi-décembre par les gendarmes à la mairie de Tarbes. Ils s'étaient notamment intéressés de près aux portables et aux ordinateurs du maire et de ses principaux collaborateurs. Puis début février, ce sont deux responsables du service urbanisme de la mairie qui ont été placés en garde à vue durant une journée avant d'être relâchés sans être poursuivis.

Vidéo : le reportage de Régis Cothias et Jean-Yves Bascands
Investigations à la mairie de tarbes

Sur le même sujet

Les “gilets jaunes” d’Alès ont de nouveau investi la rocade

Les + Lus