"Polo" De Le Rue dispute lundi l'épreuve olympique de snowboardcross

Un mois après son coma consécutif à une chute en Andorre, Paul-Henri "Polo" De Le Rue se retrouve à Sotchi, aux Jeux Olympiques d'hiver. Avec l'espoir fou de décrocher une médaille, comme en 2006 à Turin.  En raison de conditions météo, les qualifications ont été annulées. 

Paul Henri De Le Rue en Decembre 2013 en Autriche lors d'une épreuve de la coupe du monde
Paul Henri De Le Rue en Decembre 2013 en Autriche lors d'une épreuve de la coupe du monde © France 3
MISE A JOUR : les runs de qualification du snowboard cross à Sotchi ont été annulés ce lundi matin. L'épreuve commencera donc directement par les 1/8èmes de finale à 10h30 heure française. 

Le 12 janvier 2014 lors d'une course de Coupe du monde à Vallnord-Arcalis, en Andorre, dans son massif des Pyrénées, De le Rue a lourdement chuté sur le dos et la tête.
Le pire a d'abord été à craindre. "Sa stabilité vitale était remise en question", écrivait ainsi sur Facebook son frère aîné Xavier, snowboardeur lui aussi, au lendemain de l'accident.
"J'avais été placé dans un coma artificiel car je convulsais", explique aujourd'hui Polo."Ils ont essayé de me réveiller dans la nuit mais je ne répondais pas. Mon état s'est stabilisé le lendemain matin."
A son chevet à l'hôpital de Toulouse se trouvaient Xavier, bêtement privé des Jeux à cause d'une erreur de l'encadrement fédéral, et son épouse, enceinte de leur deuxième enfant, dont la naissance est prévue pour juillet.
Au final, le rider de Saint-Lary-Soulan (Hautes-Pyrénées) s'en est plutôt bien tiré: traumatisme facial avec fracture de l'orbite associé à un traumatisme crânien avec perte de connaissance. "Pas de lésions cérébrales", dit-il pour rassurer.
"Quand j'ai repris mes esprits, je n'ai eu qu'une pensée en tête: que j'allais récupérer le plus vite possible pour aller aux Jeux", explique De le Rue, qui fait
son retour sur neige à Rosa Khoutor.

"L'or est accessible"

"Je suis fatigué et j'ai encore mal à la tête mais le jour J, je serai plus fort que ça. J'ai fait tout ce qu'il fallait pour être en forme. Je rêve d'être champion
olympique
", explique aussi le snowboardeur de 29 ans, qui devra compter avec l'Italien Omar Visitin, actuel leader de la Coupe du monde, l'Australien Alex Pullin, champion du monde en titre, le Norvégien Stian Sivertzen ou encore l'Américain Nate Holland, entre autres.

J'ai connu la victoire en 2006 (médaille de bronze) et l'échec en 2010 (25e). Je sais que l'or est accessible mais ça ne veut pas dire que je vais l'avoir


En snowboardcross, six concurrents dévalent une longue piste étroite parsemée de virages relevés, de grands sauts et d'obstacles, comme des bosses, qui ressemble en fait à un parcours de motocross.
"J'aime l'adrénaline de ce sport, le fait qu'on ne contrôle pas tout à 100% et qu'on ne sait pas ce qu'il va arriver", assure De le Rue, dont l'épouse ne lui
a pas demandé de renoncer à la compétition. "Elle n'aurait pas fait ça, elle sait que c'est mon rêve", glisse-t-il.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques archives
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter