"Ce n’est pas possible d’appeler ça des urgences avec un tel fonctionnement", habitants et soignants se mobilisent pour l'ouverture continue du service

Ce 16 mai 2024, habitants et personnels de l'hôpital de Bagnères-de-Bigorre, dans les Hautes-Pyrénées, ont manifesté devant l'établissement pour réclamer l'ouverture continue des urgences dans l'hôpital de la ville. Le service sera ouvert seulement six jours au mois de juin.

Environ 500 personnes ont défilé ce 16 mai au matin, dans les rues de Bagnères-de-Bigorre, pour réclamer l'ouverture continue des urgences dans l'hôpital de la ville. Le service fonctionne en mai et juin de façon irrégulière avec, par exemple, douze jours de fermeture ce mois-ci. Et quand elles fonctionnent, ces urgences sont ouvertes uniquement en journée.

"Se déplacer jusqu'à Tarbes, ça double la distance"

Ces difficultés ne sont pas nouvelles puisqu’à l'automne dernier déjà, des fermetures régulières limitaient la prise en charge des patients. Soutenu par les habitants, le personnel de l'hôpital a réclamé l'ouverture continue des urgences.

Un service essentiel pour une prise en charge rapide des patients. "Je vois moi-même hier, j'avais un souci un petit peu inquiétant. J'y suis allée, j'ai été prise en charge dans le quart d'heure. Vous allez à Tarbes, vous attendez des heures, des heures, des heures...", témoigne une manifestante.

"Vous prenez quelqu'un qui habite au fond de la vallée, s'il doit se déplacer jusqu'à Tarbes, ça lui double la distance. C'est tout simple", ajoute un autre habitant venu défendre l’hôpital public.

"Les infirmières ont peur"

En juin, le service sera ouvert normalement, avec un médecin urgentiste présent, seulement six jours. Pour les 24 autres journées, le personnel soignant devrait suivre des consignes transmises par les médecins depuis l'hôpital de Tarbes.

"On nous donne des semblants de solution avec des protocoles, avec des infirmières sans médecin. On ne peut pas fonctionner comme ça. Vous vous rendez compte de la responsabilité de ce personnel-là ? Ce n'est pas possible", s’indigne Francis Cazalas, délégué CGT de l'hôpital de Bagnères.

Ces filles ont une pression énorme parce qu’elles ne veulent pas fermer la porte. Elles en arrivent à prendre des assurances pour se couvrir de tout ce système-là. Elles ont peur.

Francis Cazalas, délégué CGT de l'hôpital de Bagnères

À l’origine des difficultés, le fonctionnement du service. Les urgences de Bagnères sont gérées par l'hôpital de Tarbes. À la moindre absence ou indisponibilité de médecin, Bagnères ferme pour garantir le service à Tarbes.

Un manque de médecins à l'origine

"Le pôle médical est commun entre Tarbes et Bagnères et les plannings se font d’abord sur Tarbes, qui est l’hôpital principal. Et les hôpitaux de proximité comme nous, on se retrouve avec des plannings à trous. C’est pour cela que l’on se retrouve avec des fermetures fréquentes", détaille Martine Lefebvre, membre de l’association Sauvons l'hôpital B2B.

"Ils ne peuvent pas, à Tarbes, dépanner les urgences de Bagnères, ils sont eux-mêmes en déficit de personnel. Donc, ce déficit de personnel, je ne vais pas taper sur les Tarbais, il faut qu'il soit géré à Bagnères", confie Claude Cazabat, maire (DVD) de Bagnères-de-Bigorre.

Et lorsque les urgences sont fermées, seul un écriteau sur les portes du service l’indique. "On a un panneau Urgences au-dessus de la tête, mais pour moi les urgences, c’est ouvert 24h/24. Sinon, ça ne s’appelle plus des urgences et on enlève la pancarte", martèle Francis Cazalas.

Ce n’est pas possible d’appeler ça des urgences avec un fonctionnement comme ça !

Francis Cazalas, délégué CGT de l'hôpital de Bagnères

"Il y a une autonomie qui a été demandée au niveau de l'hôpital de Bagnères en gestion. On va devoir, avec l'ARS, trouver des solutions pour que ça fonctionne", détaille le maire. Et le premier signe de cette autonomie, un directeur pour l'hôpital de Bagnères. Sa prise de fonctions est prévue le 1er juillet 2024. Sa mission ? Des urgences pilotées par l'établissement et sans dépendre d'un appui extérieur.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité