Coronavirus : les initiatives se multiplient pour fabriquer des masques en tissu

Fabrication de masques en tissu / © J.HUMBRECHT / MaxPPP
Fabrication de masques en tissu / © J.HUMBRECHT / MaxPPP

Pour faire face à la pénurie, la préfecture et le département des Hautes-Pyrénées (65) organisent une filière pour fabriquer des masques en tissu lavables. Les initiatives se multiplient.

Par Xavier Marchand

Le préfet des Hautes-Pyrénées Brice Blondel et le Conseil Départemental unissent leurs forces et leurs moyens pour fournir des masques. Ils ont organisé une production locale de masques lavables afin de répondre aux besoins des personnes qui continuent de travailler. 


Objectif : fabriquer 30 000 masques en 15 jours

En un week-end, les prototypes ont été élaborés et les méthodes de fabrication testées. Une première commande de 25 000 masques a été passée par le Département et une autre commande de 5.000 masques par la préfecture. La production a commencé dès ce lundi, confirme le préfet des Hautes-Pyrénées, Brice Blondel.

La dotation nationale de 125 000 masques pour le département des Hautes-Pyrénées a été réceptionnée ce week-end au profit des hôpitaux et des établissements médico-sociaux du département. "Mais il y a d'autres professions qui ont besoin de masques comme la croix rouge, la banque alimentaire et les services d'aides à domicile", souligne Brice Blondel.

Nous avons tout à disposition dans le département pour fabriquer des masques. Deux blanchisseries nous ont mis à disposition plusieurs km2 de drap. La société Nervures qui a un savoir-faire en couture et assemblage ainsi que l’Atelier le Fil d'Ariane, vont nous aider dans l'expertise et les moyens techniques. Et l'atelier d'insertion Récup'Action 65 va assurer le nettoyage des masques et leur emballage avant leur distribution.

"C'est un circuit maîtrisé et construit. Notre objectif est d'atteindre la production de 30 000 masques en 15 jours", insiste le Préfet des Hautes-Pyrénées.

Ces masques ne sont pas homologués, mais nous avons travaillé avec plusieurs avis médicaux. Ils ne sont pas prévus pour les personnels soignants, en revanche, ils protégeront quand même les autres personnes. C'est mieux que rien ! précise Brice Blondel. 


Effort de solidarité

L'entreprise Missègle en Haute-Garonne, spécialiste en fabrication de chaussettes et pulls en matière naturelle, a commencé aussi la fabrication de masques.

"Nous avons eu de nombreuses demandes de différents secteurs de l'industrie manufacturière, mais aussi d'organismes de service à la personne comme l'Admr ou des Ehpad de la région", souligne Myriam Joly, la fondatrice de l'entreprise Missègle.

On a suivi les normes du CHU de Grenoble pour façonner les masques, en précisant bien qu'ils ne sont pas homologués. On est capable d'en confectionner 400 par jours. C'est déjà mieux que rien ! poursuit Myriam Joly.

D'autres "fabrications maisons" sont en oeuvre dans le Tarn. Des couturières amateures aux plus perfectionnées produisent 30 à 40 masques par jours.
Plus de 500 membres sont déjà dans ce groupe, les couturières solidaires du Tarn II pour fournir en masques des infirmières, des maisons de retraites ou des magasins d'alimentation.

Sandra la fondatrice de la page Facebook :

Je viens de donner 4 masques à une aide soignante de Roquecourbe. J'en ai fabriqué 110 pour l'Ehpad de Montredon-Labessonnié et je suis en train d'en faire 60 pour un centre de rééducation. Je suis très occupée.

Fabrication de masques par les couturières solidaires du Tarn / © Lesly
Fabrication de masques par les couturières solidaires du Tarn / © Lesly


Il est important de préciser que ces masques ne constituent pas une protection absolue. Ces fabrications artisanales permettent de faire face à la pénurie et d'aider les gens à continuer à travailler.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus