• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les deux Boeing d'Air Méditerranée adjugés 3,25 millions d'euros

L'un des deux Boeing 737-500 mis en vente à Tarbes suite à la liquidation judiciaire d'Air Méditerranée. / © Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées
L'un des deux Boeing 737-500 mis en vente à Tarbes suite à la liquidation judiciaire d'Air Méditerranée. / © Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

Les deux appareils avaient été mis en vente après la liquidation judiciaire de la compagnie Air Méditerranée. Ils ont été vendus à un Américain pour 3,25 millions d'euros.

Par Laurence Boffet

Il n'aura pas fallu plus de 5 minutes pour que les deux Boeing 737 d'Air Méditerranée trouvent preneur. Les avions ont été adjugés pour 3,25 millions d'euros lors d'une vente aux enchères organisée ce mardi après-midi à l'aéroport de Tarbes. 
Les deux appareils ont été achetés par un Américain, Benedict Sirimanne, PDG de CSDS Aircraft, une entreprise de location d'avions. L'un va partir pour l'Algérie, l'autre pour le Mexique.

Ces deux avions avaient été mis en vente après la liquidation judiciaire de la compagnie Air Méditerranée prononcée le 15 février 2016 par le tribunal de Tarbes. Entretenus selon la règlementation en vigueur, ils sont en parfait état de vol et selon des spécialistes, ont une durée de vie d'encore au moins 20 ans.

Fondée en 1997 et basée à Juillan dans les Hautes-Pyrénées, Air Méditerranée avait dû se résoudre à se restructurer fin 2011 pour réduire ses coûts face à la concurrence de compagnies d'Europe de l'Est. Cela s'était traduit à l'époque par le départ volontaire de 61 personnes. Fin septembre 2013, la compagnie accusait un résultat net déficitaire de 18,9 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 411 millions, selon le site Infogreffe. Un an plus tard, fin septembre 2014, le déficit était de 12,2 millions d'euros pour un chiffre d'affaires réduit à 172,5 millions d'euros..
Air Méditerranée avait été placée en redressement judiciaire en janvier 2015. Sa liquidation a été prononcée un an plus tard, faute de repreneur.

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus