Un passeur et sept migrants interceptés dans les Hautes-Pyrénées

La brigade des Douanes de Gaud (Haute-Garonne) effectuait un contrôle, mardi peu avant minuit, sur l'autoroute A64 lorsqu'ils ont arrêté le véhicule immatriculé en Espagne / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP
La brigade des Douanes de Gaud (Haute-Garonne) effectuait un contrôle, mardi peu avant minuit, sur l'autoroute A64 lorsqu'ils ont arrêté le véhicule immatriculé en Espagne / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP

Un passeur et sept migrants, dont un enfant en bas âge, "en situation irrégulière", ont été interceptés dans la nuit de mardi à mercredi dans le département des Hautes-Pyrénées, sur l'autoroute A64 (Toulouse-Bayonne). 
 

Par SD avec AFP

Ce n'est pas dans les missions principales des douanes mais dans la nuit du mardi 5 novembre, la brigade de Gaud (Haute-Garonne) a intercepté huit migrants, dont le passeur et un enfant en bas âge, "en situation irrégulière sur l'autoroute A64, entre Toulouse et Bayonne. 

Le contrôle d'un véhicule immatriculé en Espagne a eu lieu mardi peu avant minuit.

A l'intérieur se trouvaient le conducteur, originaire d'Afrique de l'Ouest, et 7 passagers, deux hommes et quatre femmes adultes, accompagnés d'un enfant.  Aucun des passagers n'était détenteur d'une pièce d'identité. Ils ignoraient également leur destination finale.
 

Rejoindre l'Angleterre avant le Brexit 

En revanche, le chauffeur a présenté un titre de séjour en Espagne où il est défavorablement connu des autorités de ce pays pour des faits d'aide à l'immigration clandestine, souligne le communiqué des Douanes.

"Ce type d'interpellation n'est pas si fréquent pour nous, explique Denis Helleringer, en charge de la communication au sein de la Direction Régionale des douanes de Toulouse. Nous intervenons pour ce type d'infractions plutôt dans des petits aéroports régionaux, même si ceux de Rodez et Tarbes sont plutôt calmes. Nous sommes dans une période où un maximum de personnes tentent de passer en Angleterre avant le Brexit."  
 

Les huit personnes ont été remises aux services de gendarmerie sur instruction du parquet de Tarbes.
 

Sur le même sujet

Les + Lus