Pyrénées : après le confinement, peut-être une destination refuge cet été

Avec les différentes craintes et contraintes liées au Covid 19, la chaîne des Pyrénées serait en passe de devenir une destination refuge pour de nombreux français. Qu’en est-il exactement ? La ruée vers les cimes est-elle vraiment d’actualité ? Pas si sûr !
 

Réserve Nationale de la Faune et de la Flore d'Orlu, Ariège.
Réserve Nationale de la Faune et de la Flore d'Orlu, Ariège. © Serge Issaly/France Télévisions

Souvenez-vous, début juin, de ces images de ruées vers les lacs de montagne et autres sites emblématiques pyrénéens après la levée de la fameuse règle de limitation des déplacements dans un rayon de 100 kilomètres. Une affluence digne des mois de juillet et d’août. Il n’en fallait pas moins pour imaginer une saison estivale record. Après le confinement, la ruée vers le vert était annoncée. L’appel du grand air, des grands espaces loin des contraintes liées au Covid 19 rassurait les professionnels du tourisme après trois mois de disette.

Il y a trois mois, on partait pour ne rien faire cet été. On a une avalanche d'inscriptions aujourd'hui - David Serano-Grocq


« Il y a trois mois, on partait pour ne rien faire cet été. Tout s’est déclenché après la levée des 100 kilomètres. On a une avalanche d’inscriptions aujourd’hui, un taux supérieur à la normale par rapport aux autres années. Mais on n’a rien eu en avril et mai…. Peut-être est-ce un rattrapage… On ne sait pas encore. Il est trop tôt pour le dire » s’interroge David Serano-Grocq, responsable des séjours Pyrénées à l’agence de voyage La Balaguère.

Le grand air, les grands espaces, ça répond aux attentes du moment - Manu Bernia


Même sentiment à Saint-Lary dans les Hautes-Pyrénées où la prudence est aussi de mise. « On est assez optimiste. Pour l’instant, c’est que du positif. On sent qu’il y a un peu plus de monde que d’habitude. Le grand air, les grands espaces, ça répond aux attentes du moment. Mais on a peu de visibilité, juste un léger frémissement. Les gens plébiscitent les résidences secondaires. Les hébergements locatifs ont un très bon taux de remplissage » analyse Manu Bernia, chargé de communication à l’office de tourisme de Saint-Lary.

La crainte du coronavirus

Les touristes préfèrent visiblement éviter les logements collectifs, les hôtels. Crainte du Covid 19 oblige comme le montre le baromètre BVA publié le 26 juin dernier où 8 français sur 10 se déclarent toujours inquiets de la situation économique de la France, 66 % des français redoutent toujours d’attraper le coronavirus et 35 % estiment que le pire est devant nous. Alors, si, comme nombre de français, vous ne pouvez pas résister à l’appel des grands espaces, du grand air, aux vacances actives, voici deux destinations emblématiques accessibles à tous :Le Cirque de Gavarnie, dans les Hautes-Pyrénées, est classé au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco depuis 1997. Un cirque naturel d’où l’on peut admirer l’une des plus hautes cascades d’Europe avec ses 422 mètres de haut. Départ de nombreuses randonnées, il est entouré de sommets de plus de 3.000 mètres et surplombé de la fameuse Brèche de Roland, passage naturel entre les versants français et espagnol de la chaine.
Cirque de Gavarnie, Hautes-Pyrénées.
Cirque de Gavarnie, Hautes-Pyrénées. © Serge Issaly/France Télévisions
Enfin, autre géant des Pyrénées, le Pic du Midi de Bigorre. Situé à 2.876 mètres d’altitude, il est internationalement connu pour son observatoire astronomique. Depuis 2013, il est labellisé Réserve Internationale de Ciel Etoilé. Relié depuis la station de La Mongie par un téléphérique, il offre aux touristes un vaste panorama sur 360 degrés sur la chaîne des Pyrénées et les plaines du sud-ouest.
Pic du Midi de Bigorre, Hautes-Pyrénées.
Pic du Midi de Bigorre, Hautes-Pyrénées. © Serge Issaly/France Télévisions

 

La montagne, un milieu dangereux

Mais attention, la montagne est un milieu naturel dangereux. Il est fortement recommandé de bien s'équiper, de consulter la météo avant le départ de chaque randonnée et surtout de prévenir ses proches. Chaque été, les secours interviennent environ 80 fois et sauvent en moyenne une centaine de personnes. En 2020, 2 personnes ont déja trouvé la mort dans le massif. 
Exercice de secours en montagne dans les Pyrénées.

Alors, les Pyrénées seront-elles une destination refuge cet été ? La vague verte annoncée déferlera-t-elle sur le massif ? Il est encore trop tôt pour se prononcer, d’autant que les stations balnéaires, elles-aussi dans l’attente des touristes, ont vu leurs contraintes liées au Covid-19 quelque peu allégées. Notamment, sur les plages où les touristes auront la possibilité de lézarder en toute tranquillité.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pyrénées montagne tourisme économie vacances sorties et loisirs région occitanie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter